Poursuivre la production de logements

17/01/2011

Dans le titre de ce chapitre, nous devons mettre l’accent sur le mot « poursuivre ». C’est toujours ce qui arrive : la construction de logements avance, ni ambition ni créativité.

A titre d’exemple, la politique des contrats de quartier, pour lesquels la Région et les communes de la première couronne apportent des moyens pour des projets de rénovation urbaine, sont désormais enjolivés d’un aspect « durable ». A partir de maintenant, on subsidiera des projets pour les économies d’énergie, la prévention des déchets, la biodiversité,… mais aussi pour la construction ou la rénovation de magasins de proximité.

Certaines questions sont importantes : Où va-t-on construire de nouveaux logements ? Pour quels publics-cibles ? Est-ce qu’il faut construire de nouveaux logements ou plutôt rénover les immeubles vides existants ? Donne-t-on toutes ses chances à la fonction logement dans le développement de la ville ? Les réponses devraient finalement émerger du Plan Régional de Développement Durable (PRDD), mais les préparatifs de ce plan ont pris beaucoup de retard. De plus, nous avons pu lire dans des rapports parlementaires que le Ministre-Président de la Région, Charles Picqué, envisage encore d’adapter le Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS)avant l’approbation du Plan Régional de Développement de Bruxelles-Capitale. Cela va à l’encontre de la hiérarchie de la planification et c’est vraiment le monde à l’envers !

Alors que les espaces disposnibles pour créer du logement sont fort limités, le Ministre-Président continue également de refuser l’introduction d’un moratoire sur les nouveaux bureaux, même dans les quartiers où il y a déjà une offre de bureaux débordante. Une étude récente du consultant immobilier DTZ Research montre qu’au moins 25% de tous les nouveaux bureaux (de moins de 5 ans) dans le centre-ville sont vides. L’année dernière, un autre consultant, CB Richard Ellis, a lui-même demandé un moratoire pour la construction de nouveaux bureaux. Mais Charles Picqué ne l’entend pas de cette oreille.

Pourtant, cela pourrait être un sérieux moyen de pression envers les promoteurs afin de les convaincre de rénover les bureaux existants et d’aménager des bureaux et/ou des logements modernes. D’ailleurs, il y a de plus en plus de bureaux vides transformés en logements. L’appel à projet et les subsides prévus par le Secrétaire d’Etat Christos Doulkeridis pour la transformation de bureaux vides en logements surfe certainement sur cette tendance.

Documents joints