Des mesures sociales sont indispensables pour réduire la précarité énergétique à Bruxelles

15/06/2011

Bruxelles réunit tous les éléments pour être confrontée au problème de la précarité énergétique : 25% de la population bruxelloise vit avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté, près de la moitié des logements ne disposent pas de double vitrage ou d’une toiture isolée et le coût du gaz et de l’électricité a augmenté de 20% en 4 ans.

Le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH) vient de réaliser une analyse de cette problématique, avec comme question fondamentale : dans quelle mesure la politique du Gouvernement bruxellois contribue-t-elle effectivement à réduire la précarité énergétique des ménages à bas revenus ?

Il existe à Bruxelles un certain nombre d’incitants financiers destinés à encourager les particuliers à améliorer l’efficacité énergétique de leur logement. Plusieurs systèmes coexistent : les primes à l’énergie, les primes à la rénovation, les réductions d’impôts, les prêts vers sociaux, les prêts verts fédéraux,…
Cependant, après une analyse approfondie de ces différents systèmes, les conclusions du RBDH sont sans appel : les aides publiques pour améliorer la performance énergétique des logements ne sont pas suffisamment accessibles aux ménages à bas revenus.

Propositions du RBDH

Pour permettre aux ménages à bas revenus de profiter de logements décents, abordables et peu énergivores, le RBDH estime que la Région bruxelloise devrait simplifier le « parcours du combattant » auquel doivent faire face les ménages pour obtenir ces aides financières. Il s’agit de mieux coordonner les institutions existantes, les organisations et les moyens financiers en une politique cohérente et ciblée sur les ménages en situation de précarité énergétique.

Cette politique du logement et de l’énergie devrait mettre l’accent sur :

- la sensibilisation,
- le renforcement de l’accompagnement des ménages,
- l’identification des travaux prioritaires permettant d’économiser l’énergie, pour les logements occupés tant par des propriétaires que par des locataires,
- la mise à disposition de systèmes de préfinancement adéquat (puisque l’avance de fonds représente le principal problème des ménages à bas revenus),
- un système de répartition des coûts d’investissement entre bailleurs et locataires.

Le RBDH demande à ce que, parallèlement aux objectifs environnementaux, des mesures sociales soient mises en place, pour que les ménages à faibles revenus puissent eux aussi améliorer la performance énergétique de leur logement et ainsi, réduire leurs consommations énergétiques.

Pour consulter l’analyse complète du RBDH, cliquez ici

Contacts presse :
Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat - 02.502.84.63
Werner Van Mieghem, coordinateur du RBDH – werner@rbdh.be
Ilham Bensaïd, chargée de communication – ilham.bensaid@rbdh.be