Poursuivre la production de logements

06/09/2011

Le Plan Régional de Développement Durable (PRDD) représente l’un des projets d’importance du Gouvernement bruxellois. Ce PRDD devra notamment établir sur quels terrains de nouveaux logements peuvent être produits, s’il
faut construire sur des nouveaux terrains ou plutôt densifier le bâti existant et pour quel public-cible il faut produire prioritairement.

L’élaboration du PRDD avait à peine commencé que le Gouvernement décidait, fin juin 2011, de commencer par réviser le Plan Régional d’Affectation des Sols (PRAS) dit « démographique » ; et ce, afin de rendre possible rapidement l’implantation d’équipements dans le cadre du développement international de Bruxelles.

Alors que les vrais défis démographiques de la Région portent sur plus de logements abordables, la construction d’écoles, de crèches et d’autres équipements publics locaux pour les Bruxellois, le PRAS démographique semble établi pour ouvrir la voie à des investisseurs privés et prévoit d’accueillir un centre commercial, une salle de concert et un palais des congrès. Comment le développement de Delta (Commission européenne) pourrait-il bien contribuer à un développement durable de Bruxelles pour les Bruxellois ? Un nouveau palais des congrès au Heysel sera-t-il encore utile dans 15 ans ? Comment de tels projets pourraient-ils contribuer à lutter contre la dualisation ?

Des ateliers prospectifs réunissent des représentants de la société civile, des
administrations, des cabinets et des institutions pararégionales, à raison d’une fois par mois dans le cadre du processus participatif servant à l’établissement du PRDD. Les résultats de ces ateliers serviront au Gouvernement, qui se basera dessus pour établir le PRDD. Les discussions abordent très largement tous les thèmes liés à Bruxelles, mais c’est bien une vision cohérente à long terme qui est recherchée. La lutte contre la dualisation est débattue et la conviction grandit que nous devons avant tout investir dans les personnes (formation et mise à l’emploi) ainsi que dans le logement abordable.

Si le Gouvernement va plus loin dans les modifications du PRAS, sans faire les
liens nécessaires avec la vision de travail (naissante) du PRDD, alors l’histoire
risque bien de se répéter. Sans vision à long terme pour Bruxelles, une véritable autoroute s’ouvre à la spéculation et à l’urbanisation, avec l’approbation des pouvoirs pour des projets privés et sauvages. Des défis importants et complexes comme la croissance démographique et la dualisation méritent la réflexion. Ce Gouvernement a l’ambition de développer une ville durable. C’est pour cette raison qu’un certain nombre d’associations (Bral, IEB, Arau et RBDH) demandent au Gouvernement d’abandonner immédiatement ce projet de révision du PRAS et de commencer par travailler à l’élaboration d’un PRDD volontariste et assumé.

Une autre mesure qu’on trouve dans ce chapitre, c’est la transformation de
bureaux en logements. Une étude du consultant immobilier DTZ Research montre qu’au moins 25% de tous les nouveaux bureaux (de moins de 5 ans) dans le centre-ville sont vides. Un autre consultant, CB Richard Ellis, a lui-même demandé un moratoire pour la construction de nouveaux bureaux. Mais Charles Picqué ne l’entend pas de cette oreille et ne veut pas instaurer de moratoire. Pourtant, cela pourrait être un sérieux moyen de pression
envers les promoteurs afin de les convaincre de rénover les bureaux existants
et d’aménager des bureaux et/ou des logements modernes. D’ailleurs, il y a de plus en plus de bureaux vides transformés en logements. L’appel à projet lancé en juin 2011 par le Secrétaire d’État Christos Doulkeridis et le Ministre-Président Charles Picqué pour la transformation de bureaux vides en logements surfe certainement sur cette tendance.

Documents joints