2012 - La campagne du RBDH contre les logements vides !

13/03/2012
Depuis 20 ans, les mêmes constats continuent de nous scandaliser : il y aurait à Bruxelles entre 15.000 et 30.000 logements vides et 2 millions de m² de bureaux vides. Et ce… alors que des dizaines de milliers de Bruxellois ne parviennent pas à se loger décemment. En partenariat avec nos associations-membres, nous avons organisé de nombreuses actions afin de faire entendre, une fois de plus, notre profonde révolte face à une telle situation.

Voici les différentes actions que le RBDH a mises en œuvre pour lutter contre l’inoccupation :

> Afficher des autocollants sur toutes les portes et façades de bâtiments vides que nous repérons. Notre démarche vise à donner de la visibilité à l’inoccupation pour interpeller,… en espérant faire bouger les choses.
Des cibles sont apparues partout dans la ville ! Si vous avez remarqué un immeuble inoccupé, vous pouvez recevoir gratuitement des autocollants et participer à la campagne en l’apposant sur l’immeuble vide que vous aurez croisé. N’hésitez pas à contacter le RBDH !

> Introduire des plaintes par rapport aux logements inoccupés que nous avons repérés auprès des communes sur le territoire desquelles se trouvent ces bâtiments et auprès de la cellule « logements inoccupés » de la Direction régionale du Logement.

En mai 2011, le RBDH a été agréé par le Gouvernement bruxellois pour agir à l’égard des logements inoccupés, dans le cadre des instruments de sanctions prévues par le Code du logement. Cet agrément lui permet notamment d’introduire une plainte auprès de la Commune qui a alors l’obligation de répondre, sur l’évolution de la situation de l’immeuble, dans les trois mois de la réception du courrier adressé par l’association. La plainte introduite auprès du Service régional a pour objectif d’obtenir de la Région qu’elle active le système d’amende régionale.

> Introduire une action en cessation devant le Tribunal de Première Instance afin que le juge ordonne au propriétaire d’un logement inoccupé qu’il mette fin à la situation d’inoccupation endéans un certain délai et, moyennant éventuelle astreintes. Cette possibilité d’introduire une telle action devant le pouvoir judiciaire découle également de l’agrément octroyé. Le RBDH a lancé la première action en cessation à l’initiative d’une association en 2015.

Ces différentes actions vont permettre de faire pression sur les pouvoirs locaux et régionaux afin qu’ils prennent ce problème à bras le corps, pour convaincre les propriétaires de remettre leurs biens inoccupés en état puis en location.