Poursuivre la production de logements

15/05/2012

Un des projets importants du Gouvernement bruxellois est l’élaboration du Plan Régional de Développement Durable (PRDD), qui doit traduire le projet de ville, c’est-à-dire les grandes priorités d’actions de la Région à l’horizon 2020.

Selon le RBDH, ce PRDD devrait notamment indiquer le nombre de nouveaux logements à construire, les alternatives existantes pour produire du logement, le public-cible auquel ces logements sont destinés et les moyens permettant une répartition équitable entre les 19 communes des logements destinés aux ménages à revenus limités.

L’élaboration du PRDD avait à peine débuté que le Gouvernement bruxellois décidait fin janvier 2011 de rédiger un Plan Régional d’Affectation du Sol démographique (le PRAS démographique), sans attendre l’élaboration du PRDD. En utilisant le défi du boom démographique bruxellois comme argument, le Gouvernement veut déjà prendre des décisions sur l’implantation de grandes infrastructures dans des zones à développer comme par exemple le Heysel, Josaphat, Schaerbeek-Formation, Delta,…
Nous craignons qu’ainsi, le Gouvernement s’apprête à donner une réponse inadéquate au manque de logements, puisque ce sont les logements abordables pour les ménages bruxellois qui font défaut et pas les logements de standing dont on peut vraisemblablement imaginer qu’ils obtiennent la préférence du secteur privé qui investira sur les terrains ainsi libérés.

Un des points importants de la discussion autour du PRAS démographique concerne la réaffectation des zones industrielles (notamment le long du Canal) en zones de logements. La question est de savoir quelles zones industrielles doivent être transformées en zones de logements, et lesquelles doivent conserver leur fonction première afin d’assurer le maintien d’activités productives en ville et l’emploi que ces activités engendrent. Un autre élément important touche à la question de la captation de la plus-value occasionnée par la réaffectation d’un terrain industriel.

Début mars 2012, le Gouvernement a approuvé en première lecture le PRAS démographique. Il a cependant été demandé d’étudier de quelle manière le Gouvernement pourrait récupérer la plus-value occasionnée par une réaffectation.

Une alternative à la construction de logements est la reconversion de bureaux vides en logements. En juin 2011, le Secrétaire d’Etat C. Doulkeridis et le Ministre-Président C. Picqué ont lancé un appel à projet pour la transformation subsidiée de bureaux vides en logements. Cet appel a débouché sur la sélection de huit projets qui devraient permettre la réalisation d’environ 450 logements. La plupart de ces projets émanent de promoteurs privés, mais la SCRL LivingStones a également reçu des subsides pour réaliser onze logements dans un ancien immeuble de bureaux situé rue des Moucherons dans le centre de Bruxelles. Ces nouveaux logements seront ensuite loués à des conditions sociales.

Cependant, il n’est toujours pas question d’un moratoire sur la production de bureaux neufs et d’une approche structurelle concernant la problématique des bureaux vides, qui touche pourtant environ 2 millions de mètres carrés sur l’ensemble de la Région. Au contraire, par exemple dans le périmètre de la rue de la Loi, ce sont de nombreux bureaux supplémentaires qui sont prévus ; ce qui n’aidera certainement pas à remplir les bureaux vides d’autres zones…

Documents joints