Elections communales : Ixelles doit rattraper son retard pour faire respecter le droit au logement !

27/09/2012
Se loger dans des conditions décentes et abordables à Ixelles, c’est devenu un vrai problème. Que ce soit à la location ou à l’achat, les prix des logements ne cessent d’augmenter. La commune est d’ailleurs l’une des plus chères de la Région.

Quelques indices de la crise du logement à Ixelles

● Environ 60% des isolés et 25% des ménages entrent dans les conditions de revenu pour l’obtention d’un logement à caractère social.

● Les listes d’attente pour obtenir un logement auprès des opérateurs publics sont interminables (6 ans en moyenne !).

● La moitié des Ixellois ne devrait consacrer que 400 € au maximum pour le loyer (30% du revenu)…

● Mais le loyer moyen est de 714 € et le loyer médian est de 630 € !

● Ces montants ne cessent d’augmenter.

Le Gouvernement régional a convenu de fixer à 15% le taux de logements de qualité, à gestion publique et à finalité sociale dans chaque commune, d’ici 2020.

Les communes sont les partenaires privilégiés de la Région dans la réalisation de ce projet. L’impulsion d’une politique sociale du logement au niveau local dépend, en grande partie, des choix des mandataires communaux.

Pourtant, la commune d’Ixelles n’apporte que trop peu de solutions puisque les logements publics sont très rares : à peine 5,5% du parc total de logements, soit un taux parmi les plus bas de la Région. La tâche s’annonce donc énorme : ce sont près de 4.000 logements à produire dans la commune pour répondre à la demande sociale.

Le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat et des associations de terrain ont réalisé une analyse de l’ampleur de la crise du logement à Ixelles.
Le secteur associatif propose 10 solutions que la commune devrait mettre en œuvre au lendemain des élections !

Augmenter le taux de logements publics à finalité sociale :

1. Nommer un échevin du logement et adopter un plan d’action communal pour le logement

2. Poursuivre la lutte contre les logements vides

3. Soutenir les Agences Immobilières Sociales

4. Imposer des quotas de logements à finalité sociale aux promoteurs privés

Socialiser le parc public :

5. Utiliser l’allocation-loyer communale

6. Utiliser les subsides régionaux pour produire de nouveaux logements à finalité sociale

Soutenir les alternatives associatives :

7. Favoriser le développement de projets d’habitats alternatifs

8. Encourager les initiatives pour la rénovation des logements insalubres

9. Soutenir les groupes d’épargne collective et solidaire

10. Favoriser les occupations temporaires de logements vides

Pour lire l’étude complète du RBDH "Focus sur Ixelles", cliquez ici