Enfin une allocation-loyer pour les personnes sans-abri !

25/03/2013
L’allocation de déménagement-installation et d’intervention dans le loyer (ADIL) est une aide régionale octroyée à des ménages à faibles revenus qui quittent un logement insalubre ou inadapté pour intégrer un logement de qualité.

Actuellement, les personnes sans-abri ne peuvent pas en bénéficier, au grand dam des associations bruxelloises (aide aux sans-abri, insertion par le logement) qui plaident depuis longtemps déjà pour un élargissement de l’allocation.

Il y a quelques semaines de cela, le Secrétaire d’Etat au Logement, Christos Doulkeridis, a déposé un projet de réforme auprès des ministres bruxellois. Celui-ci fait écho à l’accord de Gouvernement régional qui prévoit d’étendre les ADIL aux personnes qui quittent une maison d’accueil ou un logement de transit.

Le RBDH et le secteur de l’aide aux sans-abri (Strada, A.M.A, BICO) se sont fortement mobilisés autour de ce dossier. Nous avons anticipé le travail ministériel et proposé nos propres pistes pour faire de l’ADIL, une allocation au service des plus démunis.

Deux arguments-clé ont guidé notre travail :

• Étendre le bénéfice de l’allocation à toutes les personnes sans-abri, c’est-à-dire à toutes les personnes qui ont perdu leur logement et pas uniquement à celles qui passent par des structures d’accueil ;

• Améliorer l’efficacité et la cohérence du dispositif actuel, source de mécontentement.

Le texte approuvé fin février par les membres du Gouvernement est certes, une avancée majeure pour les personnes sans-abri, mais n’est pas, selon nous, une réponse suffisante aux nombreux écueils actuels. Petit tour d’horizon…

Au passage, l’ADIL devient l’allocation de relogement.

Au chapitre des bonnes nouvelles…

Nous constatons avec satisfaction que le Gouvernement a choisi de reconnaître les personnes sans-abri dans leur diversité. Plus question de lier l’ouverture d’un droit à l’allocation à un passage obligé par une maison d’accueil. Nous avons donc été entendus sur ce point !
Concrètement, les personnes sans logement qui vivent en rue, passent par des structures d’accueil de courte ou de plus longue durée, sortent de prison, sont hébergées provisoirement chez des amis ou en famille, intègrent un logement d’urgence ou de transit pourront désormais introduire une demande d’allocation.

Au chapitre des déceptions…

- Les grands ménages sont à nouveau oubliés par le politique ! Le montant maximal de l’allocation (155€/mois), de même que les suppléments par personne à charge (15€/mois) sont beaucoup trop bas par rapport à la réalité du marché locatif privé ! Pour avoir un réel impact, l’allocation devrait pouvoir monter jusqu’à 200€ et les majorations devraient tourner autour des 100€ !

- Le bénéfice de l’allocation est toujours limité dans le temps. Pour beaucoup de ménages, quand l’aide arrive à son terme, c’est le retour à la case départ et à des logements de qualité médiocre. Nous plaidons pour une allocation à durée indéterminée, généralisée, liée à un contrôle des revenus plus régulier !

- Malgré l’afflux de nouveaux bénéficiaires, il n’est pas prévu d’engager du personnel supplémentaire à la Région.
Quand on sait qu’aujourd’hui, les personnes attendent très fréquemment plus d’un an avant d’obtenir le premier paiement de l’allocation, on envisage le pire pour l’avenir, d’autant que le Gouvernement n’a pas pris de mesures déterminantes pour réduire ces délais.

Nous conclurons en félicitant le Secrétaire d’Etat au Logement et les membres du Gouvernement pour leur attention vis-à-vis des personnes sans-abri, même si la réforme, dans son ensemble, ne fait pas montre d’une égale ambition.

Nous remercions le secteur de l’aide aux sans-abri et les membres du RBDH pour leur forte mobilisation qui prouve, une fois encore, que la défense des plus pauvres n’est pas un combat perdu !

Plus d’infos ?

Un dossier de presse détaillé peut être téléchargé en fichier PDF (voir pièce jointe ci-dessous).

Contact

Asbl Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat

www.rbdh.be

info@rbdh.be

02/502.84.63

Carole Dumont, chargée de projet

Werner Van Mieghem, coordinateur RBDH

Documents joints