Art.23 # 51 - L’occupation temporaire de bâtiments vides

02/04/2013
La vacance immobilière est indécente aux yeux de ceux qui ne peuvent se loger nulle part. Un projet d’occupation bien préparé et encadré présente un double avantage : la création de logements bon marché, permettant aux occupants de régler des problèmes financiers et la transformation du vide en lieux de vie.

AU SOMMAIRE :

3_ Éditorial

4_ Introduction

5_ L’émergence des occupations temporaires à Bruxelles

6_ Lutter contre l’inoccupation
10_ Le droit au logement face au droit de propriété dans la lutte contre les logements vides
12_ Histoire des occupations temporaires à Bruxelles
18_ Un modèle en voie de reconnaissance ?

20_ Les occupations temporaires au quotidien

22_ Quelle organisation pour les occupations ? Une diversité de pratiques
27_ Entre volontarisme et pragmatisme : vers une nouvelle forme d’accompagnement social ?
30_ Comment se prépare une occupation temporaire ? Interview de quatre protagonistes
33_ Le « 123 », cas d’école dans la dynamique bruxelloise d’alternatives au logement classique

38_ Les obstacles à une extension du modèle

39_ Les entreprises anti-squat : il est grand temps d’encadrer leurs pratiques !
41_ Les occupations temporaires face aux normes contre l’insalubrité

44_ L’inspiration venue d’Allemagne et des Pays-Bas

46_ Conclusion

L’intégralité d’Art.23 peut être téléchargé en format PDF ci-dessous !

Documents joints