Pour une politique sociale du logement qui vise les ménages qui en ont le plus de besoin.

20/06/2013
De plus en plus de ménages bruxelloises peinent à trouver un logement décent, adapté et abordable. Le RBDH définit le public cible prioritaire de la politique sociale du logement.

De plus en plus de ménages bruxelloises peinent à trouver un logement décent, adapté et abordable.
Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder les loyers pratiqués à Bruxelles et de se demander de combien de revenus une personne ou un ménage doit disposer pour ne pas devoir dépenser plus de 33% de ses revenus.

En se basant sur les déclarations fiscales, plus de 380.000 ménages devraient consacrer plus que 33% des revenus au loyer/mensualité d’un logement décent et adapte sur le marché privé. Mais ce chiffre hallucinant est à nuancer :
-  40.000 ménages sont locataire d’un logement public (logement social, communal, …) et paient un loyer réduit.
-  5.000 ménages reçoivent déjà une intervention dans le loyer (Adil, AIS, …)
-  75.000 ménages sont propriétaire de leur logement (estimation prudente de 20%).
-  et des milliers de personnes qui co-habitent, mais ont introduit une déclaration fiscale individuelle.

Le RBDH estime le nombre de ménages bruxellois qui peinent à trouver un logement décent, adapté et abordable et qui sont obligés de loger dans un logement inadapté, insalubre ou de consacrer plus que 33% des revenus au loyer ou à la mensualité entre 200.000 et 250.000 !

Prenons quelques exemples.

-  Une caissière qui travaille temps plein avec le salaire minimum ( 0 années d’ancienneté) gagne 1.168 euro net par mois et doit consacrer 47% de ses revenus au loyer (550 euro pour un appartement 1 chambre). Elle lui reste encore 618 euro par mois ou 20 euro par jour pour toutes ses autres dépenses.

-  La même caissière avec cette fois ci un enfant avec un revenus de 1.438 euro par mois (allocation familiale comprise) doit consacrer 48.5% de ses revenus au loyer (698 euro pour un appartement 2 chambres). Elle lui reste encore 740 euro par mois ou 25 euro par jour pour toutes ses autres dépenses.

-  Deux jeunes employées ont un revenus net mensuel de 2.430 euro. Ils doivent consacrer 22.5% de leurs revenus au loyer (550 euro pour un appartement 1 chambre). Ils leur reste encore 1.880 euro par mois ou 63 euro par jour pour toutes leurs autres dépenses. Ils s’en sortent et devraient pas être aidés par la politique sociale du logement.

Pour le RBDH, le public cible de la politique social du logement sont prioritairement les ménages suivants :

1° priorité : les ménages qui devraient consacrer plus que 50% de leurs revenus au loyer/mensualité d’un logement décent et adapté à la composition du ménage. C’est-à-dire les ménages avec un revenus net mensuel en dessous de 1.106 € + 500 € par enfant.

2° priorité : les ménages qui devraient consacrer entre 40% et 50% de leurs revenus au loyer/mensualité d’un logement décent et adapté. C’est-à-dire les ménages avec un revenus net mensuel en dessous de 1.383 € + 500 € par enfant.

3° priorité : les ménages qui devraient consacrer entre 33% et 40% de leurs revenus au loyer/mensualité d’un logement décent et adapté. C’est-à-dire les ménages avec un revenus net mensuel en dessous de 1.666 € + 500 € par enfant.

Dans le document ci-dessous vous trouverez une illustration de ces ménages prioritaires, comparée au plafond revenus du logement social.