Introduction au Mémorandum régional 2014-2019 : mise en contexte

16/12/2013

A l’occasion des élections régionales du 25 mai 2014, nous vous présentons notre mémorandum et nos revendications prioritaires en matière de logement pour Bruxelles.

Une crise du logement qui touche au moins 200.000 ménages

Aujourd’hui, au moins 200.000 ménages bruxellois peinent à trouver des logements abordables. En cause, l’écart croissant entre leurs revenus et les prix, en forte augmentation, des locations et des ventes sur le marché privé, auquel vient s’ajouter une offre insuffisante de logements publics [1] .

Ces ménages n’ont pas d’autres choix que d’habiter des logements souvent inadaptés à leur composition familiale, insalubres ou trop chers, les amenant à consacrer souvent bien plus du tiers de leurs revenus au paiement d’un loyer ou au remboursement d’un prêt hypothécaire.

Face à cette réalité effarante, la Région de Bruxelles-Capitale doit réagir et soutenir fortement tous ces ménages dans la réalisation de leur droit constitutionnel au logement. Un défi de taille qui, combiné à la croissance démographique annoncée pour les années à venir, requiert des mesures fortes et des choix politiques ambitieux.

Deux idées-clés

Les propositions de notre mémorandum s’appuient sur deux idées-clés qui devraient, de notre point de vue, guider l’action politique :

-  Les moyens prévus pour le logement à Bruxelles doivent être augmentés et affectés prioritairement aux ménages à revenus limités, ceux qui consacrent plus du tiers de leurs revenus aux coûts de leur logement [2] ;

Ce principe a pour conséquence que la Région doit clarifier sa position à l’égard du logement moyen et de ses bénéficiaires. Pour nous, il est évident qu’aujourd’hui, les mesures en faveur de la classe moyenne ne sont pas suffisamment ciblées et bénéficient aussi à des ménages qui n’éprouvent pas de réelles difficultés à se loger ;

-  La Région doit mettre davantage à contribution le secteur privé pour développer une politique du logement efficace, en imposant notamment des règles plus strictes en matière d’aménagement du territoire, de fixation des loyers ou encore de fiscalité.

Nos propositions

Notre mémorandum est construit autour de six thèmes prioritaires :

1. Un projet de ville plus social

2. L’augmentation du nombre de logements publics locatifs à caractère social

3. L’encadrement des loyers et l’introduction d’une allocation-loyer générale

4. Une loi bruxelloise sur les baux

5. La lutte contre les logements vides et insalubres

6. Des aides à l’acquisition mieux ciblées

La problématique du logement à Bruxelles ne se réduit pourtant pas à ces six thèmes.
La lutte contre la discrimination dans l’accès au logement, la précarité énergétique, la question du logement et du handicap entre autres, sont autant de préoccupations qui nous tiennent aussi à cœur et dont nous partageons le combat avec nos membres. Nous y reviendrons à maintes occasions, avant et après les élections de mai 2014, au travers d’actions plus ciblées.

Notes

[1Ce chiffre de 200.000 ménages est une estimation réalisée par le RBDH sur base des revenus nets imposables des Bruxellois, des loyers et prix de vente moyens demandés dans la capitale. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans la note ‘‘pour une politique sociale du logement qui vise les ménages qui en ont le plus besoin’’.

[2Pour savoir ce que le RBDH entend exactement par ‘‘ménages à revenus limités’’, lire la note.