Mémorandum pour défendre le droit au logement des 200.000 Bruxellois mal-logés : L’appel urgent des associations de terrain au monde politique !

16/12/2013

Ce mardi 17 décembre, le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH) et ses 46 associations-membres publient le « Mémorandum associatif pour le Droit au Logement 2014-2019 », qui sera diffusé très largement auprès des acteurs associatifs, administratifs et politiques.

Il contient des constats sur les problématiques liées au logement à Bruxelles et des pistes de solutions réalistes et concrètes, adressées à tous les partis politiques bruxellois et plus particulièrement au prochain Gouvernement régional formé au lendemain des élections du 25 mai 2014.

Une crise du logement qui touche au moins 200.000 ménages :

Aujourd’hui, au moins 200.000 ménages bruxellois peinent à trouver un logement décent, adapté et abordable. En cause, l’écart croissant entre leurs revenus et les prix, en forte augmentation, des locations et des ventes sur le marché privé, auquel vient s’ajouter une offre insuffisante de logements publics.

Ces ménages n’ont pas d’autres choix que d’habiter des logements souvent inadaptés à leur composition familiale, insalubres ou trop chers, les amenant à consacrer souvent bien plus du tiers de leurs revenus au paiement d’un loyer ou au remboursement d’un prêt hypothécaire.

Face à cette réalité effarante, la Région de Bruxelles-Capitale doit réagir et soutenir fortement tous ces ménages dans la réalisation de leur droit constitutionnel au logement.

Les propositions de notre mémorandum s’appuient sur deux idées-clés :

1/ Les moyens prévus pour le logement à Bruxelles doivent être augmentés et affectés prioritairement aux ménages à revenus limités, ceux qui consacrent plus du tiers de leurs revenus aux coûts de leur logement.

Ce principe a pour conséquence que la Région doit clarifier sa position à l’égard du logement moyen et de ses bénéficiaires. Pour nous, il est évident qu’aujourd’hui, les mesures en faveur de la classe moyenne ne sont pas suffisamment ciblées et bénéficient aussi à des ménages qui n’éprouvent pas de réelles difficultés à se loger.

Cela se traduit par plusieurs mesures à mettre en œuvre, et prioritairement :
● une augmentation des logements publics locatifs à caractère social, dont le nombre est actuellement largement insuffisant pour répondre aux 50.000 demandes en attente sur les listes
● une allocation-loyer pour les ménages à revenus limités et couvrant, à tout le moins, une partie de la différence entre le loyer demandé et le tiers des revenus ou encore
● un meilleur ciblage des aides à l’acquisition pour les ménages aux revenus limités.

2/ La Région doit mettre davantage à contribution le secteur privé pour développer une politique du logement efficace. Cela peut se concrétiser de diverses manières. Le RBDH demande entre autres :
● un encadrement des prix locatifs, basé sur une grille de critères objectifs pondérés mais aussi
● une obligation pour chaque promoteur immobilier privé de s’acquitter de la création de 15% de logements conventionnés.

Une campagne d’actions organisée pour faire entendre nos revendications :

Le RBDH et plusieurs partenaires associatifs préparent une campagne d’actions entre janvier et septembre 2014 pour sensibiliser le grand public aux problématiques liées au logement mais aussi pour influencer d’abord les programmes des partis politiques lors de la campagne électorale puis les négociations autour d’un accord de majorité au lendemain du 25 mai 2014.

Dans les mois à venir : un baromètre du logement pour faire le bilan de l’actuel Gouvernement régional, une manifestation pour le droit au logement, une action pour mettre en évidence les conditions de vie dans des logements insalubres,…

Plus d’infos ?

- Le mémorandum du RBDH en détail

- Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter :

Werner Van Mieghem, coordinateur du RBDH - 02.502.84.63
Ilham Bensaïd, chargée de communication - 0479.77.89.04