17/02/2014 - Visite guidée de Bruxelles glauque

17/02/2014
Plongée dans la réalité quotidienne des habitants de logements insalubres

Le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH) et deux de ses associations membres, Convivence/Samenleven et Habitat & Rénovation, ont invité ce lundi 17 février les têtes de listes des partis démocratiques* se présentant à la Région bruxelloise à découvrir la ville comme ils ne l’ont jamais vue !

* Ont confirmé leur présence : Joëlle Milquet, Vincent De Wolf, Didier Gosuin, Christos Doulkeridis, Philippe Close, Elke Vanden Brandt, Fouad Ahidar et Elisabeth Mertens

Dans le cadre d’une campagne d’actions visant à sensibiliser sur les différentes problématiques liées au logement à Bruxelles en cette période pré-électorale, nous avons organisé une « Visite guidée de Bruxelles Glauque », dans le but de rendre compte au monde politique des réalités de terrain rencontrées au quotidien par les associations : les logements insalubres et la difficulté d’assurer un toit digne et décent à tous.

La visite guidée de Bruxelles glauque a mené les politiciens dans les bas-fonds de la ville, avec la visite deux logements insalubres : l’un dans la commune d’Ixelles et l’autre dans la commune de Bruxelles-Ville.

-  Le premier est un appartement d’une chambre dans lequel vit une famille composée de 2 parents et 4 (bientôt 5) enfants. Le loyer s’élève à 850 € (+75€ de charges communes). Et pourtant, les problèmes d’insalubrité ne manquent pas : fenêtres condamnées, problèmes d’humidité, absence de chauffage,…

-  Le second est une cave occupée par un homme seul. Le lieu, loué pour 300 € par mois, présente tous les problèmes typiques de ces logements en sous-sol normalement non destinés à l’habitation : problèmes de ventilation, d’humidité, de luminosité.

Durant les visites, les informations suivantes ont été apportées :

-  les relevés effectués par un conseiller technique en insalubrité sur les manquements aux normes de sécurité, de salubrité et d’équipement imposées par le Code du logement,

-  les témoignages des habitants,

-  les témoignages des travailleurs de terrain sur l’accompagnement social nécessaire pour aider les habitants à sortir de ces situations de misère absolue.

Les deux logements visités représentent deux cas particuliers. Et pourtant, ils dévoilent une problématique bien plus grave…

Le Code du Logement mais aussi la loi sur les baux obligent les bailleurs à respecter des conditions de sécurité, de salubrité et d’équipement lors de la mise en location d’un bien. La Direction de l’Inspection Régionale du Logement (DIRL) a pour mission le contrôle du respect du Code du Logement. Elle effectue de plus en plus d’inspections des logements (en 2012 : 555 inspections suites à des plaintes et 51 visites d’initiative) mais ces chiffres ne sont toujours pas représentatifs du nombre réel de logements insalubres à Bruxelles.

De nombreux locataires victimes de l’insalubrité n’osent pas signaler leur problème, par crainte de représailles de la part des propriétaires ou en raison des difficultés connues pour se reloger de manière décente et abordable. En effet, le fossé se creuse entre les prix des loyers et les revenus des Bruxellois. Cette réalité pousse des milliers de ménages à accepter des logements inadaptés ou en très mauvais état.

Revendications du secteur associatif

Nos associations portent ensemble plusieurs revendications pour améliorer la politique du logement en matière d’insalubrité des logements à Bruxelles :

• La DIRL doit bénéficier de personnel et de moyens suffisants pour mener plus de visites de contrôle.

• Un petit bailleur à revenus limités doit pouvoir percevoir une prime à la rénovation plus élevée, à condition qu’il mette son bien en gestion auprès d’une Agence Immobilière Sociale pour une longue durée.

• Les logements ayant fait l’objet d’une interdiction de mise en location par la DIRL doivent être pris en gestion publique par la régie foncière régionale. Cet organisme aurait donc les missions suivantes : réaliser les travaux de rénovation nécessaires et donner le bien en gestion à un opérateur public ou une Agence Immobilière Sociale.

• Pour permettre le relogement des victimes de logements insalubres, un encadrement des loyers sur le marché privé, couplé à une allocation-loyer générale est indispensable.

• Les associations actives auprès des victimes de logements insalubres demandent à recevoir plus de moyens pour mener à bien leurs missions.

MPEG4 - 7.4 Mo
Reportage de RTL-TVI