Reportage photos de Loïc Delvaulx

22/04/2014

Nous avons demandé à Loïc Delvaulx de réaliser un reportage sur la crise du logement à Bruxelles. Ce photographe et réalisateur est particulièrement sensible aux questions relatives aux enjeux sociaux, politiques et culturels tels que l’exclusion sociale et la problématique du logement en Europe.

Au cœur de sa démarche : des rencontres avec des personnes mal-logées, des travailleurs sociaux, des voisins, des fonctionnaires, des militants,…

  • Anderlecht. Une partie de cet immeuble social est vide d’occupation. Le projet vise à rénover le bâtiment et à le remettre aux normes du Code du Logement.
  • Bruxelles. Une maison privée, vide, laissée à l’abandon et dans un état très délabré.
  • Ixelles. Deux femmes passent devant des logements inoccupés depuis plusieurs années. Les entrées ont été bouchées pour empêcher les squatteurs d’y pénétrer. Les travaux de rénovation des logements avaient pourtant commencé mais ont été interrompus suite à la faillite de l’entrepreneur.
  • Bruxelles. Monsieur J. désemparé par sa situation, sur les marches de l’escalier descendant à sa cave qui lui sert de logement. Il attend un logement social depuis 2007, mais ne voit rien venir, et ce malgré ses 13 points de priorité.
  • Bruxelles. Monsieur J. habite cette cave très insalubre depuis presque 10 ans. Il n’y a pas d’aération, pas d’isolation, pas de sanitaires, pas de chauffage. Seule une prise d’électricité à faible voltage lui permet d’avoir de la lumière et de faire bouillir de l’eau. L’odeur de l’humidité est nauséabonde. Souvent, l’eau coule à ses pieds par forte pluie. Il paye chaque mois 250€. Au départ Monsieur J. n’avait pas de papiers. Maintenant, sa situation est régularisée mais ses faibles revenus ne lui permettent pas de se loger ailleurs.
  • Bruxelles. Ce bâtiment de coin est vide et inoccupé depuis plusieurs années. Il a été recouvert par des affiches illustrant une plage idyllique. On peut y lire le slogan suivant : « Quel rêve pour notre quartier… »
  • Bruxelles. Monsieur Benjamin 51 ans, ancien fonctionnaire en secrétariat auprès de la Commission européenne, vit depuis 7 mois dans cette chambre vétuste (8m²) et insalubre. Suite à la perte de son emploi, puis à la perte de son domicile et enfin à sa séparation conjugale, les choses se sont aggravées pour lui. Il paye 550€ par mois pour une chambre sous les toits dans une habitation privée.
  • Bruxelles. Monsieur Benjamin vit dans une chambre vétuste et insalubre. Il a retiré de ce grenier ses quelques affaires qu’il avait entreposées. A cause d’une mauvaise isolation et d’un radiateur défectueux, Mr Benjamin s’est endetté auprès de la propriétaire en se chauffant avec son radiateur électrique.
  • Anderlecht. Se loger coûte toujours plus cher, le coût des revenus locatifs privés est toujours à la hausse.
  • Ixelles. Madame Touré vit seule avec sa fille dans cet appartement d’une chambre. Une fois le loyer payé, il lui reste 90€ de son salaire. Une aide supplémentaire de 200€ lui est octroyée par le CPAS. Le loyer s’élève à 740€ (charges comprises), pour un logement précaire voire insalubre. Le chauffage ne fonctionne pas bien et Madame Touré s’est endettée de 2000 € auprès du propriétaire pour avoir consommé trop d’électricité avec son radiateur d’appoint.

    « J’ai été m’inscrire pour un logement social l’année dernière, au départ je ne l’avais pas fait car l’attente était trop longue…

    …au moins si on était heureux dans sa maison ce serait le top, on ne demande pas plus. On vit au jour au jour, j’ai l’espoir que ça change encore. »

  • Bruxelles, logements sociaux. Témoignage de locataires : « Pour être heureux dans un logement social, il ne faut pas s’occuper des voisins, car ça amène que des problèmes. »

    « Chaque fois qu’une personne décède ou qu’une personne s’en va, c’est immanquablement des personnes étrangères qui prennent la relève. Ce n’est pas un mal, c’est simplement une constatation. »

    « Le loyer représente 38% de nos deux pensions. »

  • Bruxelles, logements sociaux. Un candidat visite un logement qui vient de se libérer et dont il pourrait bénéficier si celui-ci lui plaît. Cela fait presque 10 ans qu’il est inscrit sur les listes d’attente.
  • Evere. Cette femme vit dans une maison sociale gérée par le Home Familial Bruxellois. La particularité de cette société de logements sociaux est d’être constituée en coopérative de locataires. Cette société assure aussi un accompagnement social collectif et communautaire.
  • Watermael-Boitsfort. Dans les années qui suivirent la première guerre mondiale, « Le logis » s’est constitué en société coopérative de logements pour locataires employés. A l’époque, cette cité-jardin symbolisait une nouvelle conception sociale et urbanistique, en assurant la transition entre ville et campagne.

    Marcel et Simone habitent ce quartier depuis 1951.

  • Evere. Sophie habite cet appartement social géré par le Home Familial Bruxellois. La particularité de cette société de logements sociaux est d’être constituée en coopérative de locataires. Cette société assure aussi un accompagnement social collectif et communautaire.
  • Evere. Remise en état d’un logement social par les services techniques du Home Familial Bruxellois. Cette coopérative gère un parc de 850 logements, dont environ 30 sont attribués à de nouveaux ménages chaque année. A Bruxelles, ce sont 40000 ménages qui sont inscrits sur les listes d’attente pour obtenir un logement social. La construction et la rénovation des logements sociaux restent largement insuffisantes pour répondre à l’énorme demande.
  • Bruxelles, bureaux d’Assam-Sorello, Sociétés Immobilières de Service Public. Dès leur origine, Assam et Sorelo ont uni leurs efforts pour travailler ensemble, notamment en acquérant des logements en mauvais état pour les rénover puis les mettre en location à des conditions sociales. A elles deux, elles disposent d’un parc de plus de 2300 logements.
  • Evere, salle d’attente du Home Familial Bruxellois, société coopérative de locataires sociaux.
  • Bruxelles, guichet d’accueil d’Assam-Sorello, Société Immobilière de Service Public. Cet homme, locataire social, vient faire une demande de mutation.
  • Anderlecht, bureaux de Samenlevingsopbouw. Cette association s’occupe notamment de gérer un groupe d’épargne collectif et solidaire pour ménages fragilisés. Environ 25 familles se regroupent, et économisent chacune mensuellement 75 €. Le montant épargné permet aux ménages de payer l’acompte nécessaire au moment de la signature d’un compromis de vente. Le Fonds du Logement est partenaire, en octroyant un emprunt hypothécaire à faible taux. Rosa (2ème en partant de la gauche) fête son accès à la propriété en compagnie des représentants du Fond du Logement et de Manu, travailleur à Samenlevingsopbouw (à droite).
  • Saint-Gilles. Bamba vit seule avec ses trois enfants dans un appartement d’une chambre, au 3ème étage d’une maison. Son ancien bail n’a pas été reconduit et elle a dû se reloger dans l’urgence. Cet appartement n’est pas adapté à sa composition familiale. Elle paye 700€ pour un 48m². Elle est en attente d’un logement social depuis plus de 7 ans. Elle a rejoint un groupe d’épargne solidaire depuis 6 mois.

    « Je voudrais être propriétaire, car être locataire ce n’est plus possible, il n’y a pas de souplesse avec le propriétaire et le logement est précaire, rien n’est assuré… »

  • Anderlecht. Madame Sow est locataire de cet appartement privé de trois pièces, qui présente de graves problèmes d’humidité ; provoquant des problèmes de santé dans toute la famille.

    « Dans la douche j’ai fait faire un faux plafond parce qu’il y avait des moisissures partout. J’ai repeint par-dessus mais ça revient toujours.

    C’est pas facile de trouver à la location, un logement quand on a beaucoup d’enfants…

    Pourquoi ils construisent des maisons à des prix trop cher ?... »

    Depuis peu, Madame Sow fait partie d’un groupe d’épargne collective et solidaire et espère ainsi devenir propriétaire de son propre logement.

  • Bruxelles. Les terrains constructibles dans la Région deviennent rares, ce qui engendre une certaine spéculation immobilière. La production de logements est dictée par des impératifs économiques et les loyers demandés sont inaccessibles pour beaucoup de Bruxellois.
  • Ixelles. Locataire de son logement social depuis plus de 34 ans, Monsieur Missair se plaint de la dégradation de son habitat et regrette que la Société Immobilière de Service Public n’investisse pas les moyens nécessaires pour la rénovation.
  • Ixelles. Madame Adam habite cet appartement social depuis plus de 25 ans. Elle a une pension de 1070€ par mois et son logement lui coûte 220€ charges comprises.

    « Heureusement que ça existe les logements sociaux et que j’ai la chance d’en avoir un. »

  • Anderlecht. Paula a 31 ans et est arrivée à Bruxelles avec la marche des Indignés. Elle a décidé de rester et a fait des études en sociologie urbaine. Elle habite avec huit autres personnes dans cet ancien bâtiment paroissial. Ensemble, ils occupent les lieux avec une convention d’occupation temporaire conclue avec le propriétaire, qui leur permet d’occuper les lieux en payant les charges (150€mois) mais pas de loyer. Ils développent un projet de vie communautaire en cohésion avec le voisinage en proposant notamment un espace d’exposition, un atelier vélo, une bibliothèque, une table d’hôte, un lieu de concerts,…
  • Anderlecht. Paula et son ami Marco dans la cuisine communautaire. Sur le mur, peint par un des locataires chiliens, la très populaire chanteuse chilienne Violeta Parra, qui chantait pour les pauvres et les travailleurs.
  • Anderlecht. Intérieur de Monsieur Nyckers dans son logement social.

    "Comme c’est pas cher le logement, je peux aider mes enfants et mes petits-enfants. "

  • Anderlecht. Intérieur d’un immeuble social qui doit être rénové.
  • Anderlecht. Extérieur d’un immeuble social qui doit être rénové.
  • Anderlecht. Une partie de cet immeuble social est vide d’occupation. Le projet vise à rénover le bâtiment et à le remettre aux normes du Code du Logement.

  • Bruxelles. Une maison privée, vide, laissée à l’abandon et dans un état très délabré.

  • Ixelles. Deux femmes passent devant des logements inoccupés depuis plusieurs années. Les entrées ont été bouchées pour empêcher les squatteurs d’y pénétrer. Les travaux de rénovation des logements avaient pourtant commencé mais ont été interrompus suite à la faillite de l’entrepreneur.

  • Bruxelles. Monsieur J. désemparé par sa situation, sur les marches de l’escalier descendant à sa cave qui lui sert de logement. Il attend un logement social depuis 2007, mais ne voit rien venir, et ce malgré ses 13 points de priorité.

  • Bruxelles. Monsieur J. habite cette cave très insalubre depuis presque 10 ans. Il n’y a pas d’aération, pas d’isolation, pas de sanitaires, pas de chauffage. Seule une prise d’électricité à faible voltage lui permet d’avoir de la lumière et de faire bouillir de l’eau. L’odeur de l’humidité est nauséabonde. Souvent, l’eau coule à ses pieds par forte pluie. Il paye chaque mois 250€. Au départ Monsieur J. n’avait pas de papiers. Maintenant, sa situation est régularisée mais ses faibles revenus ne lui permettent pas de se loger ailleurs.

  • Bruxelles. Ce bâtiment de coin est vide et inoccupé depuis plusieurs années. Il a été recouvert par des affiches illustrant une plage idyllique. On peut y lire le slogan suivant : « Quel rêve pour notre quartier… »

  • Bruxelles. Monsieur Benjamin 51 ans, ancien fonctionnaire en secrétariat auprès de la Commission européenne, vit depuis 7 mois dans cette chambre vétuste (8m²) et insalubre. Suite à la perte de son emploi, puis à la perte de son domicile et enfin à sa séparation conjugale, les choses se sont aggravées pour lui. Il paye 550€ par mois pour une chambre sous les toits dans une habitation privée.

  • Bruxelles. Monsieur Benjamin vit dans une chambre vétuste et insalubre. Il a retiré de ce grenier ses quelques affaires qu’il avait entreposées. A cause d’une mauvaise isolation et d’un radiateur défectueux, Mr Benjamin s’est endetté auprès de la propriétaire en se chauffant avec son radiateur électrique.

  • Anderlecht. Se loger coûte toujours plus cher, le coût des revenus locatifs privés est toujours à la hausse.

  • Ixelles. Madame Touré vit seule avec sa fille dans cet appartement d’une chambre. Une fois le loyer payé, il lui reste 90€ de son salaire. Une aide supplémentaire de 200€ lui est octroyée par le CPAS. Le loyer s’élève à 740€ (charges comprises), pour un logement précaire voire insalubre. Le chauffage ne fonctionne pas bien et Madame Touré s’est endettée de 2000 € auprès du propriétaire pour avoir consommé trop d’électricité avec son radiateur d’appoint.

    « J’ai été m’inscrire pour un logement social l’année dernière, au départ je ne l’avais pas fait car l’attente était trop longue…

    …au moins si on était heureux dans sa maison ce serait le top, on ne demande pas plus. On vit au jour au jour, j’ai l’espoir que ça change encore. »

  • Bruxelles, logements sociaux. Témoignage de locataires : « Pour être heureux dans un logement social, il ne faut pas s’occuper des voisins, car ça amène que des problèmes. »

    « Chaque fois qu’une personne décède ou qu’une personne s’en va, c’est immanquablement des personnes étrangères qui prennent la relève. Ce n’est pas un mal, c’est simplement une constatation. »

    « Le loyer représente 38% de nos deux pensions. »

  • Bruxelles, logements sociaux. Un candidat visite un logement qui vient de se libérer et dont il pourrait bénéficier si celui-ci lui plaît. Cela fait presque 10 ans qu’il est inscrit sur les listes d’attente.

  • Evere. Cette femme vit dans une maison sociale gérée par le Home Familial Bruxellois. La particularité de cette société de logements sociaux est d’être constituée en coopérative de locataires. Cette société assure aussi un accompagnement social collectif et communautaire.

  • Watermael-Boitsfort. Dans les années qui suivirent la première guerre mondiale, « Le logis » s’est constitué en société coopérative de logements pour locataires employés. A l’époque, cette cité-jardin symbolisait une nouvelle conception sociale et urbanistique, en assurant la transition entre ville et campagne.

    Marcel et Simone habitent ce quartier depuis 1951.

  • Evere. Sophie habite cet appartement social géré par le Home Familial Bruxellois. La particularité de cette société de logements sociaux est d’être constituée en coopérative de locataires. Cette société assure aussi un accompagnement social collectif et communautaire.

  • Evere. Remise en état d’un logement social par les services techniques du Home Familial Bruxellois. Cette coopérative gère un parc de 850 logements, dont environ 30 sont attribués à de nouveaux ménages chaque année. A Bruxelles, ce sont 40000 ménages qui sont inscrits sur les listes d’attente pour obtenir un logement social. La construction et la rénovation des logements sociaux restent largement insuffisantes pour répondre à l’énorme demande.

  • Bruxelles, bureaux d’Assam-Sorello, Sociétés Immobilières de Service Public. Dès leur origine, Assam et Sorelo ont uni leurs efforts pour travailler ensemble, notamment en acquérant des logements en mauvais état pour les rénover puis les mettre en location à des conditions sociales. A elles deux, elles disposent d’un parc de plus de 2300 logements.

  • Evere, salle d’attente du Home Familial Bruxellois, société coopérative de locataires sociaux.

  • Bruxelles, guichet d’accueil d’Assam-Sorello, Société Immobilière de Service Public. Cet homme, locataire social, vient faire une demande de mutation.

  • Anderlecht, bureaux de Samenlevingsopbouw. Cette association s’occupe notamment de gérer un groupe d’épargne collectif et solidaire pour ménages fragilisés. Environ 25 familles se regroupent, et économisent chacune mensuellement 75 €. Le montant épargné permet aux ménages de payer l’acompte nécessaire au moment de la signature d’un compromis de vente. Le Fonds du Logement est partenaire, en octroyant un emprunt hypothécaire à faible taux. Rosa (2ème en partant de la gauche) fête son accès à la propriété en compagnie des représentants du Fond du Logement et de Manu, travailleur à Samenlevingsopbouw (à droite).

  • Saint-Gilles. Bamba vit seule avec ses trois enfants dans un appartement d’une chambre, au 3ème étage d’une maison. Son ancien bail n’a pas été reconduit et elle a dû se reloger dans l’urgence. Cet appartement n’est pas adapté à sa composition familiale. Elle paye 700€ pour un 48m². Elle est en attente d’un logement social depuis plus de 7 ans. Elle a rejoint un groupe d’épargne solidaire depuis 6 mois.

    « Je voudrais être propriétaire, car être locataire ce n’est plus possible, il n’y a pas de souplesse avec le propriétaire et le logement est précaire, rien n’est assuré… »

  • Anderlecht. Madame Sow est locataire de cet appartement privé de trois pièces, qui présente de graves problèmes d’humidité ; provoquant des problèmes de santé dans toute la famille.

    « Dans la douche j’ai fait faire un faux plafond parce qu’il y avait des moisissures partout. J’ai repeint par-dessus mais ça revient toujours.

    C’est pas facile de trouver à la location, un logement quand on a beaucoup d’enfants…

    Pourquoi ils construisent des maisons à des prix trop cher ?... »

    Depuis peu, Madame Sow fait partie d’un groupe d’épargne collective et solidaire et espère ainsi devenir propriétaire de son propre logement.

  • Bruxelles. Les terrains constructibles dans la Région deviennent rares, ce qui engendre une certaine spéculation immobilière. La production de logements est dictée par des impératifs économiques et les loyers demandés sont inaccessibles pour beaucoup de Bruxellois.

  • Ixelles. Locataire de son logement social depuis plus de 34 ans, Monsieur Missair se plaint de la dégradation de son habitat et regrette que la Société Immobilière de Service Public n’investisse pas les moyens nécessaires pour la rénovation.

  • Ixelles. Madame Adam habite cet appartement social depuis plus de 25 ans. Elle a une pension de 1070€ par mois et son logement lui coûte 220€ charges comprises.

    « Heureusement que ça existe les logements sociaux et que j’ai la chance d’en avoir un. »

  • Anderlecht. Paula a 31 ans et est arrivée à Bruxelles avec la marche des Indignés. Elle a décidé de rester et a fait des études en sociologie urbaine. Elle habite avec huit autres personnes dans cet ancien bâtiment paroissial. Ensemble, ils occupent les lieux avec une convention d’occupation temporaire conclue avec le propriétaire, qui leur permet d’occuper les lieux en payant les charges (150€mois) mais pas de loyer. Ils développent un projet de vie communautaire en cohésion avec le voisinage en proposant notamment un espace d’exposition, un atelier vélo, une bibliothèque, une table d’hôte, un lieu de concerts,…

  • Anderlecht. Paula et son ami Marco dans la cuisine communautaire. Sur le mur, peint par un des locataires chiliens, la très populaire chanteuse chilienne Violeta Parra, qui chantait pour les pauvres et les travailleurs.

  • Anderlecht. Intérieur de Monsieur Nyckers dans son logement social.

    "Comme c’est pas cher le logement, je peux aider mes enfants et mes petits-enfants. "

  • Anderlecht. Intérieur d’un immeuble social qui doit être rénové.

  • Anderlecht. Extérieur d’un immeuble social qui doit être rénové.