Paroles de personnes en difficulté

09/04/2014
Ces témoignages, recueillis par Samenlevingsopbouw, lors de permanences sociales et d’ateliers pour citoyens, mettent en lumière les situations concrètes et difficiles rencontrées par les Bruxellois. Il donnent sens aux revendications portées au niveau politique par le RBDH.

Témoignages recueillis par Samenlevingsopbouw auprès de ses usagers

- Cela fait sept ans que Kris est inscrit sur une liste d’attente pour obtenir un logement social. Grâce à l’aide d’un service social, il est parvenu à maintenir son inscription en règle, en la confirmant chaque année et en avertissant au cas où il déménage.

Au moment où il reçoit une proposition de logement social, Kris n’est pas bien dans sa peau. La période de Noël est toujours difficile pour lui et il s’est disputé avec son accompagnatrice. Quand il reçoit l’invitation pour aller visiter le logement, il l’ignore. Trois semaines plus tard, il reçoit une invitation d’une autre société de logement social. À ce moment-là, il se sent mieux et il y répond. Mais sur place, on constate qu’il a été rayé de la liste d’attente parce qu’il n’a pas répondu à la première invitation. Cela signifie qu’il pourra se réinscrire après une période de sanction de six mois et qu’il devra à nouveau attendre des années avant de se voir proposer un logement social.

En février de cette année, Samenlevingsopbouw Brussel vzw est allé en appel contre cette décision de radiation, pour l’instant sans résultat. Cette expérience ainsi que d’autres nous donnent peu à peu l’impression que la radiation est considérée comme la méthode la plus efficace pour raccourcir les listes d’attente…

- La commune d’Anderlecht utilise deux listes d’attentes différentes, avec un autre système de points pour les logements du service des propriétés communales. Comme la famille Bendach a dû quitter son logement à la suite d’une résiliation de bail, sa priorité sur la première liste est passée de quatre à sept points. Malheureusement, aucun logement ne s’est libéré sur cette liste. L’agent communal oublie de copier la lettre de résiliation et de l’ajouter au dossier de la deuxième liste (contrat de quartier), où la famille aurait vu son degré de priorité passer de cinq à huit points. Un logement était disponible sur cette liste-là, mais à cause de la distraction du fonctionnaire et du système des deux listes, il n’a pas été attribué à la famille Bendach parce qu’elle n’avait pas suffisamment de points. Vous avez dit Kafka ?

- Ayoka a 29 ans et est une mère isolée, avec trois petits enfants adorables (deux filles et un garçon de quatre, cinq et six ans). Elle est arrivée en Belgique en 2008 comme réfugiée politique et a participé à notre projet d’épargne collective L’Envol, à Anderlecht. Il lui était très difficile de trouver un logement correct. Elle louait à Anderlecht un taudis qui a été déclaré insalubre en janvier 2012. Depuis lors, elle est sans domicile. Elle est inscrite sur plusieurs listes d’attente de logements sociaux, du CPAS ou de la commune. Heureusement, elle a du travail et elle ne dépend pas d’un CPAS. De juin 2013 à septembre 2013, elle a pu habiter chez sa sœur, mais tout cela n’est pas très clair pour elle du point de vue administratif. Peut-elle s’inscrire pour quelques semaines dans la commune de sa sœur ? Et si oui, sa sœur peut-elle lui sous-louer une partie de son logement ? Quelles sont les conséquences pour le propriétaire, car la capacité du logement est dépassée ? Heureusement, sa sœur, son beau-frère et leurs deux enfants sont très tolérants car il n’est pas facile de cohabiter à autant de personnes dans un espace aussi exigu. En septembre 2013, elle a pu emménager dans un appartement à deux chambres et elle paie un loyer de 580€.

- “N’importe qui peut entrer chez moi comme je le fais moi-même. La serrure de la porte d’entrée est cassée et la sonnette ne marche pas. Il n’y a aucun confort dans mon appartement, le WC et la douche sont communs dans le couloir. J’ai du chauffage, mais d’après Ozcan (collaborateur du Woonwinkel) il a été mal installé. Les tuyaux pour l’eau chaude sont trop étroits, ce qui fait que l’eau chaude n’arrive pas jusqu’en haut. Après avoir passé deux hivers dans le froid, j’ai appris à purger mes radiateurs, aujourd’hui ils sont au moins tièdes. Le robinet de la cuisine était cassé, je devais descendre d’un étage pour avoir de l’eau. J’ai appris à le réparer avec l’aide du Woonwinkel. Je n’ose pas déposer plainte contre le propriétaire : je préfère rester dans ce taudis que risquer de me retrouver dans la rue avec mes deux enfants. Car une chose est sûre, si l’inspection du logement vient ici, elle déclarera tout de suite tout le bâtiment insalubre”.

- Après un parcours chaotique (la rue, une maison d’accueil, chez des amis…), Maurice a pu conclure un bail pour un “appartement au rez-de-chaussée avec jardin”. Cela lui revient à 500 euros par mois, tout compris. Il reste assez vague quand nous lui posons des questions sur son logement, mais par une froide journée d’hiver, il se trouve tout à coup devant notre porte et nous demande si nous pouvons passer chez lui.

Ce que nous découvrons là dépasse l’imagination. Maurice habite dans une maison de maître où vit également le propriétaire. Au rez-de-chaussée, il dispose d’un grand espace, avec seulement une prise. Le reste du logement se trouve dans une cave humide, trop basse de plafond et où la lumière naturelle pénètre à peine. À l’avant se trouve une salle de bains à moitié achevée. Il n’y a pas d’eau chaude. La cuisine est installée dans une annexe recouverte de tôles ondulées, qui donne effectivement sur le jardin et que le propriétaire utilise pour faire sortir ses chiens. Nous ne trouvons aucun chauffage dans tout l’appartement et même pas le moindre raccordement pour un chauffage.

Après une longue discussion avec Maurice, nous décidons d’avertir le service régional d’inspection. Maurice a peur de perdre son logement et de se retrouver dans la rue. Mais comme l’hiver fait rage, il se laisse convaincre d’engager la procédure. On nous a assuré que, si la maison est effectivement déclarée insalubre, il ne devra pas la quitter tout de suite et qu’il aura le temps de chercher autre chose. En plus, il sera aidé dans cette recherche et il aura droit à une allocation-loyer s’il trouve un logement qui répond aux normes du code du logement. Il gagnera aussi cinq points dans la liste d’attente pour un logement social et bénéficiera donc d’une plus grande priorité.

Malgré ses craintes, Maurice accepte de jouer le jeu. Il a surtout peur du propriétaire qui se montre plutôt agressif. De fait, dès qu’il apprend qu’il y aura une inspection, le propriétaire se fâche tout rouge contre Maurice et se lance dans une série de travaux à tort et à travers dans l’appartement qui est habité. Maurice n’ose plus rentrer chez lui et passe plusieurs nuits dans un hébergement d’urgence. Nous le persuadons de conserver sa clé tant que l’inspection n’a pas eu lieu, sinon rien ne pourra se faire. Entre-temps, il trouve une place dans une maison d’accueil.

Quelques mois plus tard, nous faisons le bilan. Maurice est toujours dans la maison d’accueil. La prime promise est insuffisante pour louer un meilleur logement. L’accompagnement se limite à une aide à la recherche d’un logement sur le marché immobilier privé : il n’y a pas de logement de transit ou de logement d’urgence pour l’aider à avancer. Et les cinq points qu’il a obtenus ne lui sont également d’aucune utilité : il faut désormais 13 points pour se voir attribuer un studio, ce qui signifie encore des années à passer sur la liste d’attente…

Maurice continue à chercher un logement qui répond aux normes…

- “Bonjour, mon nom est Laurence Botango Ma Bonkele. J’ai vu dans le Vlan votre annonce pour l’appartement dans la rue du Boulet et je voudrais prendre rendez-vous pour venir le voir.” “Désolé, Madame, l’appartement est déjà loué !” Mais Benny Vandenbrande, qui appelle cinq minutes plus tard, peut venir le visiter, elle. Un scénario qui n’a rien d’exceptionnel lors de notre permanence de Caricole (des sans-abri qui se battent pour le droit au logement).

- Hier, Édouard est passé par sa banque pour demander une garantie bancaire pour le nouvel appartement qu’il veut louer. Il est assisté par un membre du service de logement accompagné. Quand on lui pose la question de la garantie bancaire sans intérêt, l’employé explique patiemment qu’il suffit d’ouvrir un compte et de verser l’argent dessus. “Ah, monsieur n’a pas l’argent ? Dans ce cas, nous pouvons lui proposer un crédit. Comme les taux sont bas, cela ne reviendra pas cher.”

Il faut un certain temps pour parvenir à lui expliquer que la loi de 2007 permet à un client de demander à la banque où ses revenus sont versés de lui accorder un prêt sans intérêt pour la garantie locative. L’employé n’en a encore jamais entendu parler, alors que la loi est en vigueur depuis six ans. Il doit aller chercher son chef qui, lui, est au courant : “Mais il y a des frais de dossier de 250 euros, c’est pourquoi nous ne conseillons pas ce système à nos clients !” Précisons que c’est la banque elle-même qui décide de compter des frais de dossier, ce qui est en contradiction avec l’esprit de la loi. Celle-ci voulait en effet apporter une solution pour les personnes qui ne peuvent pas payer le montant de la caution en une seule fois.