La politique régionale du logement 2014-2019

04/12/2014
Les défis en matière de logement à Bruxelles sont énormes. Les prix à la vente et à la location dans la Région augmentent bien plus rapidement que les revenus de ses habitants. Ce sont les ménages à bas revenus qui sont les plus durement touchés par ces augmentations.

Et pourtant, nos élus politiques choisissent de fermer les yeux sur cette réalité. Ainsi, le Gouvernement bruxellois annonce dans son accord 2014-2019 : « La région doit, sans tabou, développer une politique qui permet d’endiguer l’exode urbain des revenus moyens. »

Certes, le Gouvernement veut « lancer » la production de 3.900 logements sociaux. Mais il ne précise pas où et surtout comment il compte exécuter ce projet de production de logements sociaux, qui reste à l’heure actuelle beaucoup trop lente.
Les 40.000 ménages inscrits sur les listes d’attente pour un logement social n’auront d’autre choix que de continuer à se loger sur le marché locatif privé, pour un encadrement obligatoire des loyers et une allocation loyer générale ne sont pas envisagés.

Jusqu’il y a peu, les ménages à revenus limités pouvaient encore espérer acquérir leur logement familial. Ce qui est devenu quasiment impossible aujourd’hui, à moins qu’ils ne bénéficient de l’intervention du Fonds du Logement, avec ses crédits hypothécaires à taux avantageux, des groupes d’épargne collective et solidaire, ou encore des logements CLT.

Pour ces ménages, l’accord de majorité ne propose pas de perspectives claires. Il est question d’élargir le public bénéficiaire du Fonds du Logement, de réduire des droits d’enregistrement mais pas spécifiquement pour les ménages à faibles revenus et de retirer les projets Community Land Trust des mains des associations.

Vous l’aurez compris : l’accord de majorité 2014-2019 est décevant pour le RBDH. Un certain nombre d’importantes mesures telles que l’encadrement des loyers ou une répartition équilibrée des logements sociaux dans toutes les communes bruxelloises ne sont pas annoncées. Les quelques mesures qui semblent satisfaisantes sont souvent formulées de manière trop vague et n’apportent que des réponses partielles. Finalement, comment le Gouvernement compte-t-il réellement relever le défi important d’offrir des logements abordables aux ménages à faibles revenus dans la Région ?

Pour le RBDH, ce défi peut être atteint grâce à diverses orientations complémentaires entre elles : veiller à ce que les terrains publics restent aux mains du public, tout en prévoyant plus de logements sociaux locatifs et acquisitifs ; mettre en place un système de loyers de référence qui mènerait à terme vers un encadrement des loyers ; proposer un fonds de garanties locatives auquel tous les Bruxellois pourraient faire appel ; voter une loi sur les baux qui accorderait une attention particulière à la colocation, aux occupations temporaires et à la lutte contre les étages vides au-dessus des commerces ; utiliser la fiscalité immobilière pour encourager les propriétaires et/ou bailleurs à rénover et améliorer la performance énergétique de leur bien ; faire du bonus logement une aide directe pour les ménages à revenus faibles et modestes pour accéder à la propriété.

SOURCES :

Accord de Gouvernement bruxellois 2014-2019

Art. 23 # 57 - La politique du logement annoncée par le nouveau Gouvernement bruxellois : trop peu sociale face à une crise du logement dramatique !