La rénovation urbaine... sans le social et les habitants

11/07/2016
En ce début de mois de juillet, le parlement bruxellois se voit saisi par le gouvernement d’un projet d’ordonnance qui revoit de fond en comble la matière de la revitalisation urbaine, laquelle encadre le dispositif des contrats de quartier. S’il est certain que le dispositif présente des lacunes, la refonte proposée, sans véritable évaluation préalable, inquiète les associations actives dans les quartiers concernés. La réforme est source d’un affaiblissement démocratique évident largement souligné par le Conseil d’Etat.
Le manque de place prévue pour le logement à caractère social, le glissement du local vers le supra-local et le manque de prise en considération du rôle des habitants comme acteurs de leur ville font craindre que les dispositifs de revitalisation deviennent des outils destinés à préparer les conditions propices à une transformation des quartiers qui ne bénéficient plus à ses habitants. En conséquence, le Réseau Habitat, le Rassemblement pour le Droit à l’Habitat (RBDH), Inter-Environnement Bruxelles (IEB), le Stadsbeweging voor Brussel (BRAL) et l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaine (ARAU) demandent au Parlement bruxellois qu’il refuse un projet qui lui retire ses prérogatives, et au Gouvernement qu’il s’attelle à la mise en place d’une véritable évaluation des dispositifs existants en vue d’éclairer un large débat démocratique incluant les associations de première ligne et faisant de la revitalisation des quartiers un véritable outil d’amélioration du cadre de vie au profit des habitants et contribuant à la réduction de la pauvreté.

Documents joints