Sortie de la BD Panique au logement social !

27/03/2017

Le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH) publie aujourd’hui une première bande-dessinée, tragique et comique à la fois, qui met en lumière l’immobilisme en matière de construction de logements sociaux.

Sous une apparente légèreté, c’est le manque de volonté politique pour la construction de nouveaux logements sociaux que le RBDH souhaite condamner. Pour attirer l’attention sur ce problème, une banderole longue de 30 mètres représentant les 43.345 ménages en attente d’un logement social a été suspendue le long du canal. Une distribution de 5000 exemplaires a également été organisée dans les métros et différents lieux publics bruxellois. La bande dessinée est également disponible en ligne sur le site https://paniqueaulogementsocial.tumblr.com/.

Si les ministres bruxellois annoncent depuis longtemps la construction de plusieurs milliers de logements sociaux, dans les faits, Bruxelles plafonne à 111 nouvelles unités par an. L’excuse la plus souvent invoquée est la rareté du foncier à Bruxelles. Mais cette excuse-là, le RBDH n’y croit plus et va même un cran plus loin en démontrant le contraire. Ce qu’il manque à Bruxelles, ce ne sont pas des terrains, mais de la volonté politique pour faire aboutir les projets de logements sociaux.

Dans l’accord de majorité 2014-2019, le gouvernement s’est donné comme mission de développer 10 nouveaux quartiers avec comme objectif de créer ‘‘du logement accessible’’ en masse afin de répondre à la croissance démographique de notre Région. Une aubaine pour le logement social ? Pas vraiment, car dans ces quartiers, il n’est jamais question de logement social (ou presque). Le PRDD (plan régional de développement durable), dont l’enquête publique vient de s’achever récemment, est à ce titre éloquent : un projet de ville où le logement social n’a pas sa place ! A côté des grandes réserves foncières régionales, il y aussi d’autres terrains, plus petits mais nombreux qui appartiennent majoritairement aux communes de deuxième couronne. Malheureusement, les communes suivent le mauvais exemple de la Région et ne veulent pas non plus de logements sociaux.

Pourtant, du logement social et plus globalement, du logement public abordable, il est possible d’en produire plus ! Le RBDH demande que les terrains publics restent publics et ne soient pas, même partiellement, vendus aux promoteurs privés. 50% des logements produits sur des terrains publics doivent être sociaux. La SLRB, vu ses difficultés, ne doit pas être seule à produire des logements sociaux. Des acteurs comme Citydev et le Fonds du logement pourraient aussi en avoir la mission. Enfin, les promoteurs privés doivent aussi contribuer à la production de logements sociaux, via les charges d’urbanisme.

Au travers de cette bande dessinée, le RBDH souhaite attirer l’attention de tous les Bruxellois sur le sort réservé au logement social par le politique et indirectement, sur le mépris exercé par nos mandataires, à l’encontre des plus de 43.000 ménages inscrits sur liste d’attente. La communication du gouvernement sur le logement social est toujours très vague et ambiguë. La nôtre est claire et cash : des terrains à Bruxelles, il y en a, de la volonté politique pour le logement social, il n’y en a pas. On espère que nos ministres aiment la bande dessinée…

Contact presse :
Marie Defreyne
02/502.84.63
marie.defreyne@rbdh.be

JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 3.4 Mo

JPEG