Discrimination au logement : faut que ça cesse !

12/06/2017
8 juin 2017 Hier, la Ministre Céline Fremault rendait publics les résultats d’une étude menée sur la discrimination dans le secteur du logement à Bruxelles.

Entre fin 2016 et avril 2017, le secteur des agences immobilières a été soumis à de très nombreux testings, via mail et téléphone. Les résultats sont sans appel : 1/3 des agences immobilières testées discrimine sans le moindre problème. Leurs victimes : principalement les hommes d’origine étrangère et les chômeurs. La Ministre du logement veut sensibiliser et former…

Des constats… Encore !
Les résultats de l’étude ne surprendront personne. En 2015, UNIA, dans son baromètre de la diversité logement, révélait déjà la responsabilité des agents immobiliers en matière de discrimination. Deux ans plus tard donc, l’étude confirme des constats connus. Certes, plus finement, puisque la recherche s’est focalisée sur Bruxelles et a été réalisée à grande échelle. Mais, en attendant, la discrimination reste le quotidien douloureux de beaucoup de candidats-locataires qui ne voient pas vraiment aujourd’hui, d’où pourrait venir l’éclaircie.

Passer à la vitesse supérieure
En effet, face à une situation scandaleuse, où des professionnels de l’immobilier, qui connaissent la loi, discrimine en toute impunité, Céline Fremault ne voit rien d’autre à faire que de former et de sensibiliser, ce qui est déjà par ailleurs un des axes de travail développé par UNIA. Cela ne suffira pas à révolutionner le secteur, même si nous n’en nions pas l’utilité. Mais Il faut pouvoir passer à la vitesse supérieure et contraindre le secteur à respecter la loi. Au travers de sanctions ! Les tests de situation devraient pouvoir servir à autre chose qu’à chiffrer la discrimination à Bruxelles.

Et les bailleurs privés dans tout ça ?
Les agences immobilières qui discriminent répondent aux injonctions des bailleurs privés. Cela n’enlève rien à leur responsabilité évidemment, mais montre en tout cas que du côté des propriétaires, la discrimination est une pratique banale et presque normale. Les ministres bruxellois disposaient d’une franche opportunité, au travers de la régionalisation du bail d’habitation, pour inverser la tendance, en imposant des règles strictes aux bailleurs et en agissant ainsi de manière plus préventive, en tout cas sur certains critères discriminants. Mais ce gouvernement ne semble décidément pas prêt à s’attaquer au problème. Ainsi, demander une preuve de revenus deviendra d’ici peu à Bruxelles, une pratique coulée dans un texte de loi et ainsi presque encouragée… Les chômeurs et les allocataires sociaux ont bien du souci à se faire !