Trouver un logement en tant que mineur étranger non accompagné : mission impossible

29/03/2018
En 2015, un nombre jamais vu de mineurs étrangers non accompagnés sont arrivés en Belgique après avoir fui leur pays. Ces enfants, qui arrivent sans leur famille, se retrouvent, après leur parcours d’accueil, à devoir trouver un logement sur le marché locatif privé. Un vrai parcours du combattant.


Suite aux divers conflits ayant frappé l’Afrique et le Moyen Orient, nous avons pu constater ces dernières années une augmentation considérable du nombre de réfugiés cherchant un asile sur le territoire Belge . Une partie de ces réfugiés sont des enfants qui arrivent en Belgique sans parent ou tuteur légal. On parle dans ce cas de mineurs étrangers non accompagnés (ou, en bref, de MENA). Une fois qu’ils atteignent la majorité, on parle d’ex-MENA.

En 2015, un terme qui revenait souvent dans les médias et dans la bouche des politiques était « crise de l’accueil », notamment pour les MENA. En effet, le nombre de mineurs ayant demandé l’asile en Belgique avait également augmenté de manière spectaculaire : il y a eu en 2015, 3.099 demandes d’asile de MENA, contre seulement 486 en 2014 . Nous constatons que celle-ci est graduellement en train de se transformer en « crise du logement ». En effet, une partie de ces mineurs obtiennent une reconnaissance en Belgique, ce qui veut dire qu’ils ont le droit de rester dans notre pays. Toutefois, après leur parcours d’accueil, ces enfants ou jeunes adultes se retrouvent confrontés à une difficulté majeure : trouver un logement.

Or, nous savons que sur le marché locatif actuel, il est difficile pour n’importe qui de trouver un logement abordable. En plus des problèmes auxquels sont confrontés d’autres couches de la population (discrimination, manque de logements sociaux, etc.), viennent s’ajouter pour les MENA et ex-MENA des difficultés supplémentaires liées à leur vulnérabilité, leur âge et leur parcours.