Lutter contre l’insalubrité  et les marchands de sommeil

24/05/2018
Certaines communes bruxelloises ont fait de la lutte contre l’insalubrité leur priorité. Pour être efficaces, un seul mot d’ordre, dépasser les logiques institutionnelles ou de service, en soutenant le développement de collaborations structurelles entre acteurs locaux, communaux. Et ils sont nombreux à la cause. Pour faciliter l’identification des logements qui posent problème, encourager le partage d’informations et coordonner les interventions. Mais de quoi s’agit-il concrètement et quelle plus-value en retirer ?

Des logements de mauvaise qualité, il y en a dans toutes les communes bruxelloises, mais leur concentration est cependant bien plus forte dans les quartiers situés le long du canal, dans le croissant pauvre de Bruxelles. On y trouve un bâti ancien, peu rénové et beaucoup de petits logements surdivisés. Ils servent de logements sociaux de fait à des publics à très bas revenus qui ne trouvent pas à se loger ailleurs et notamment aux primo-arrivants. La suroccupation y est importante : la faiblesse des revenus contraint à accepter des logements inadaptés à la taille du ménage.

Pour plus de confort de lecture en ligne, l’analyse peut être lue sur la plateforme Medium