Booster le logement de transit

05/06/2018
Le logement de transit est un rouage essentiel pour lutter contre l’insalubrité, les violences intrafamiliales, ou le sans-abrisme. Trop souvent, on se heurte à la même difficulté : celle du relogement. Le transit est une option qui peut être développée au niveau local. Les autorités communales occupent une position déterminante dans la gestion des pertes inopinées de logements, des sinistres et urgences : une famille à reloger suite à un incendie, un logement dangereux qui doit être fermé… Lorsque la commune dispose de logements de transit ou d’urgence, ceux-ci offrent une solution provisoire mais bienvenue pour ces situations particulièrement délicates. Même si, dans bien des cas, c’est plutôt faute de solution durable que des locataires sont amenés à intégrer un dispositif temporaire.

Pour autant, la gestion d’un parc de transit charrie son lot de difficultés : comment s’assurer d’avoir toujours des logements de transit disponibles (donc vides !) ? Que la durée de séjour soit respectée ? Quelles solutions stables apporter après le transit ? Lorsqu’elles font défaut, les occupants restent captifs de ces logements. Les autorités communales doivent alors parfois aller jusqu’à l’expulsion judiciaire pour mettre fin aux séjours qui s’éternisent… Le transit manque alors totalement son but. Aussi, pour que ça marche, les pouvoirs locaux doivent mettre en œuvre un procédé spécifique pour que la solution de transit reste bien transitoire et non définitive. Cela demande un accompagnement rapproché des locataires, un accompagnement social et surtout un accompagnement à la recherche de logement intensif, et des options durables en bout de parcours. A Molenbeek, toutes ces dimensions sont prises en compte pour organiser un dispositif efficient.