Logements vides : faire réoccuper à tout prix

19/06/2018
S’il y a bien une problématique sur laquelle tout le monde s’accorde sur la nécessité d’agir, c’est l’inoccupation. Des logements vides, il y en a dans toutes les communes. Beaucoup trop. Mais des outils pour faire réoccuper, il y en a aussi. Ils se trouvent pour partie dans le Code du logement et les communes peuvent s’en saisir. La Ville de Bruxelles les utilise tous (ou presque). Coup d’œil sur une approche intégrée.

Identifier pour mieux combattre

Chaque commune bruxelloise est censée tenir un inventaire des logements vides. C’est ce que prévoit le Code du logement. Toutes n’en font pourtant pas une priorité. Ces dernières années, la Ville de Bruxelles a développé une connaissance fine du phénomène sur son territoire, grâce à un recensement systématique dans tous les quartiers et à une base de données partagée entre services. Si au départ, ce sont surtout les quartiers du centre-ville qui étaient visés, l’action a été étendue par la suite à Laeken, Neder-over-Hembeek et même Haren. Le dernier repérage visuel date de fin 2017 , il a duré deux mois et mobilisé deux équivalents temps plein engagés pour l’occasion.