Le baromètre du logement du RBDH

13/05/2019
Évaluation de la législature régionale 2014-2019 - Constat sans appel : l’essentiel reste à faire

Le RBDH publie son baromètre du logement qui évalue avec un regard critique les 22 mesures phares décidées par le Gouvernement bruxellois durant la législature 2014-2019.

Ces 22 mesures ont été appréciées au travers de deux critères : l’utilité et l’adéquation
Utilité : Fallait-il légiférer ? répond-on à un besoin ?
Adéquation : Fallait-il le faire comme ça ? La mesure va-t-elle dans le sens d’une plus grande justice sociale ?

Sur les 22 mesures évaluées, le RBDH a jugé 20 mesures utiles, mais seulement 4 adéquates.
Les actions du Gouvernement pendant cette législature ne solutionnent pas la crise du logement. Les mesures ayant un impact déterminant sur la crise du logement font défaut. La politique régionale met ses priorités ailleurs ou manque tout bonnement de courage pour imposer les mesures nécessaires.
Une des seules mesures utile et adéquate, c’est le fonds Brugal, ce nouveau mécanisme d’aide à la constitution de la garantie locative du Fonds du logement qui cible les plus précaires et montre après un an seulement d’existence, des signes d’efficacité.

La création d’un régime de sanctions à l’égard des bailleurs et agents immobiliers qui discriminent les candidats locataires est une mesure qui mérite d’être soulignée, sur le principe, mais qui risque d’être difficile à appliquer.

Le gros point noir se situe tant sur le marché public que privé, l’essentiel reste à faire.
Pour lutter contre les inégalités sociales à Bruxelles, le Gouvernement devrait créer massivement du logement social. Mais dans les plans régionaux qui dessinent l’avenir de Bruxelles, la production est presque absente. Et même là où on prévoit de mettre du logement social, il faut souvent une décennie pour qu’il sorte de terre. Le Gouvernement tente de diversifier les modes de production pour aller plus vite, en achetant par exemple des logements clés sur porte au secteur privé, mais tout cela reste marginal.

Contrôler les prix du marché privé permettrait d’étendre l’offre de logements abordables. Mais ce Gouvernement n’a rien fait dans ce sens. Certes il définit une grille pour objectiver les loyers, mais cette grille reste indicative et ne donne aucun pouvoir de négociation au locataire. Elle a juste pour ambition d’informer. Et le Gouvernement insiste, elle ne doit surtout pas constituer une contrainte supplémentaire pour le bailleur.

La nouvelle allocation loyer est une des mesures importantes de cette législature. Le Gouvernement promettait une réforme d’envergure et un élargissement du nombre de bénéficiaires. Mais les faibles budgets alloués et les conditions d’accès restrictives et injustes ne permettront pas d’aider beaucoup plus de ménages.

Le Gouvernement connait bien la nature et l’étendue du problème, mais la lutte contre les inégalités sociales ne semble pas une priorité.