La crise du logement à Bruxelles

13/10/2019
L’accès à un logement abordable est de plus en plus difficile pour les Bruxellois, voire impossible pour les plus pauvres d’entre eux. Les Bruxellois ont de plus en plus de difficultés à accéder à un logement abordable, décent et qui correspond à leur situation familiale. Les Bruxellois les plus précarisés doivent consacrer la majorité de leur revenu au logement.

Cette situation s’aggrave d’année en année. La population s’agrandit et s’appauvrit, le cout du logement augmente et il y a un manque criant de logements sociaux dans la capitale. Voici donc les éléments clefs de cette crise du logement insoutenable.

Les loyers augmentent plus rapidement que les revenus. Dans la période 2004-2015, le prix des loyers a progressé de 20%. Le loyer médian s’élevait en 2017 à 660€

Un tiers des ménages vit sous le seuil de pauvreté, ce qui se traduit par un revenu en-dessous de 1139€ par mois pour une personne isolée et 1823€ par mois pour un parent seul avec deux enfants

Un manque criant de logements sociaux

À Bruxelles il y a à peine 8% de logements sociaux. Cette proportion est très faible vu les besoins des habitants. Actuellement près de 44.000 ménages sont sur la liste d’attente. La file d’attente a doublé en 15 ans, on est passé de 22.000 à 44.000 ménages. À l’heure actuelle, il faut attendre minimum 10 ans pour accéder à un logement social. Le délai est encore plus long pour les grands ménages.

Cette réalité se traduit par une part du budget de plus en plus importante consacrée au logement. Ce qui a comme conséquence que ces ménages ont de moins en moins de budgets pour les autres besoins vitaux (alimentation, santé, éducation…). Le locataire moyen bruxellois moyen dépense entre 40 et 60 % de ses revenus au loyer. Pour les jeunes de moins de 25ans, la part du budget consacré au loyer est de 60%.

Les loyers trop élevés ont pour conséquence qu’une partie non négligeable de la population bruxelloise n’a d’autre choix que de louer des logements, trop chers, de mauvaise qualité et qui ne sont pas adaptés à leur composition familiale.

Voici la réalité du mal-logement :
• Surpeuplement
• logements plus petits et/ou moins confortables
• L’insalubrité
• Loyers abusifs
• Difficulté de constitution de la garantie locative
• Les discriminations

Revendication / solution


Pour renverser la crise du logement. Les politiciens bruxellois doivent mettre en place une politique publique de logement qui va aider réellement les ménages à faible revenu. Ce qui se traduit par :
• Beaucoup plus de logements sociaux
• Encadrement des loyers
• Allocation loyer générale

>Découvrez nos propositions plus en détail dans notre mémorandum