Crise du logement : le logement social

10/10/2019
La réalité est dure pour les ménages précarisés à Bruxelles. La population s’appauvrit et les loyers ne cessent d’augmenter. Les logements abordables sont de plus en plus rares, voire inexistant pour les familles avec un bas revenu.

Logement accessible pour tous
Il existe une catégorie de logement qui est – en théorie - accessible aux ménages à bas revenus, c’est le logement social. Le logement social à la particularité de calculer son loyer en fonction de revenu des ménages. Ce sont les loyers les plus accessibles ; nulle part ailleurs dans tous les autres dispositifs publics et sur le marché privé, on a des proportions aussi favorables.

Le loyer réel moyen des logements sociaux en Région bruxelloise était de 329€ en 2016, soit moins de la moitié du loyer demandé sur le marché privé (710€).

Nombre limité de logements sociaux et liste d’attente interminable
Il y a actuellement 39.763 logements sociaux. Ce qui représente 8% des logements à Bruxelles. C’est une proportion très faible de logements sociaux en regarde du tiers des Bruxellois qui vivent sous le seuil de pauvreté et qui doivent trouver un logement beaucoup trop cher sur le marché privé.

43.170 ménages étaient inscrits sur la liste d’attente en 2019. Cette liste ne fait qu’augmenter, elle a doublé en 15 ans, on est passé de 22.000 à 43.000 ménages. Près de la moitié des ménages bruxellois sont dans les conditions de revenus pour accéder au logement social.

Aujourd’hui, il faut attendre minimum 10 ans pour accéder à un logement social. Le délai est encore plus long pour les grands ménages. Il est urgent d’accroître l’offre de logement social à Bruxelles, en construisant et en rénovant.

Une production infiniment lente de logements sociaux
En vue de la situation, construire du logement social devrait être un enjeu majeur des pouvoirs publics. Pourtant le rythme de construction de logements sociaux est très faible, 110 logements produits en moyenne par an.

Une décennie pour presque rien

Pourtant en 2005 et 2013 la Région a lancé deux grands plans de construction de logements sociaux. Ces plans prévoyaient la construction massive de logements sociaux, on attendait une moyenne de 1000 logements par an. En réalité la production dépasse à peine le dixième de ce qui a été annoncé.

Le véritable problème c’est la mise à disposition des terrains publics pour la construction des logements sociaux. Les autorités publiques, les communes et la Région ne veulent que trop rarement utiliser leur réserve foncière pour construire du logement social.

Pour aller plus loin, lisez notre étude :Logement social, chronique d’une décennie pour presque rien.

Un parc vétuste et des logements sociaux vides
Une partie du parc de logements social est vide, vétuste et en mauvais état. Sa rénovation a été longtemps oubliée. C’est à partir du début des années 2000 que la Région a investi massivement dans la rénovation. Le retard est important. Actuellement la Région investit des budgets importants à travers des plans quadriennaux de rénovation. Mais le rythme est lent et il y a plus de 2000 logements en rénovation et donc inoccupés. Sans oublier qu’une partie des logements occupés sont eux dans un état vétuste et dégradé.

Revendication

La priorité absolue c’est la construction massive de logement social. Pour cela il faut mobiliser les réserves publiques pour le logement social. Nous demandons 100% de logement public sur les terrains publics avec un quota minimal de 60 % de logement social.
>Découvrez nos propositions plus en détail dans notre mémorandum