Crise du logement : le marché locatif privé

10/10/2019
À Bruxelles, les loyers augmentent plus rapidement que les revenus des ménages, la population s’appauvrit. Les logements sociaux ne répondent pas à la demande sociale et leur production reste très faible. Des milliers de ménages n’ont d’autre choix que de louer des logements sur le marché privé qui sont trop souvent de mauvaise qualité, trop chers et inadaptés à leur situation familiale.

Les logements abordables sont une exception à Bruxelles. Si les ménages ne devraient consacrer que maximum 33% de leur revenu dans le logement, il n’y a que 13% des logements locatifs qui sont accessibles. En réalité, les ménages consacrent une partie de plus en plus importante au logement. C’est 50% à 60% de leurs revenus qui sont utilisés pour payer leur loyer. Ce qui les oblige à rogner sur d’autres besoins vitaux (l’alimentation, la santé…)

Discrimination et loyer abusif
Les logements bon marché sont les plus demandés. La demande en logement abordable dépasse largement ce que le parc bruxellois peut offrir. Cette situation accentue la concurrence entre les candidats locataires, ce qui est encore renforcé par la discrimination lors de la recherche d’un logement.

Ces familles courent un risque plus grand de subir un loyer abusif. L’Observatoire des loyers objective depuis 2015 le fait que les logements de mauvaise qualité sont loués plus cher que les logements de qualité moyenne.

La situation des ménages à bas revenu dans le parc privé est intolérable. Il est temps d’agir et de renverser la crise du logement.

Contrôler les prix du loyer
Les propriétaires fixent librement le loyer de leurs logements sans devoir prendre en compte la qualité du logement. Il est très difficile de pouvoir négocier son loyer et donc les locataires payent trop cher pour la qualité ou la taille du logement. Il est intolérable que des propriétaires continuent à pratiquer des loyers abusifs.

Pour lutter contre les loyers trop chers, le RBDH revendique un encadrement des loyers. La mise en place d’une commission paritaire locative permettrait cet encadrement. Cette commission fixerait un loyer juste. Un loyer choisit en fonction de la qualité et de la taille du logement. C’est sur base d’une grille de loyer de référence que le loyer serait fixé. Cette grille permettrait au locataire de vérifier son loyer et les bailleurs seraient obligés de la respecter. Ce système donnerait la possibilité au locataire de contester rapidement et gratuitement son loyer trop élevé.

Allocation loyer généralisée
Mais pour les ménages à faibles revenus qui consacrent la majorité de leurs revenus au loyer, la mise en place d’un loyer respectant la grille ne sera pas suffisante à alléger suffisamment leur budget. Le gouvernement doit soutenir financièrement ces familles avec une allocation-loyer.

Pour que cette allocation aide véritablement les ménages qui ont en besoin, il faut que le revenu des familles soit le seul critère d’accès. Le système doit être simple : une seule allocation-loyer accompagné d’une seule procédure. Il faut que le budget alloué à cette aide soit augmenté.


>Découvrez nos propositions plus en détail dans notre mémorandum