Vervoort III & le logement : un pas trop timide - Logement public : un plan d’urgence en plusieurs actes

13/09/2019
En juillet dernier, le nouveau casting gouvernemental dévoilait son accord de majorité pour Bruxelles. Parmi les priorités, il y a l’accès au logement, avec un discours qui met l’accent sur l’urgence à agir. Le Gouvernement Vervoort III est ambitieux puisqu’il promet une solution pour se loger à 15000 ménages bruxellois. Mais comment ? Avec des nouveautés certes, mais aussi avec des recettes bien connues qui n’ont pas fait leurs preuves par le passé. Et malgré de bons principes, l’accord régional pèche par son manque de concrétude. Détaillons.

Bruxelles manque cruellement de logements abordables et surtout de logements sociaux, locatifs, publics. Ils représentent à peine 7% du parc immobilier, alors qu’à Paris, on en compte le double et trois fois plus dans la capitale londonienne. Les 43000 ménages inscrits sur les listes d’attente ne sont pas près d’avoir un logement, quand on sait qu’il faut en moyenne 10 ans pour produire 1000 nouveaux logements sociaux. On comprend qu’il y ait urgence à agir.

Pour booster les chiffres du logement social, il faut passer par la case construction (pas que, mais quand même) et mobiliser des terrains, régionaux et communaux. Ils ne sont pas si nombreux, d’où la nécessité de les garder publics quand ils le sont et de les consacrer pour l’essentiel au logement social, en imposant des quotas que nous défendons.