Garanties locatives - Dernières nouvelles à Bruxelles

22/10/2020
Réunir la somme nécessaire à la constitution d’une garantie locative reste un obstacle majeur pour se loger. Les plus pauvres en savent quelque chose. Jusqu’il y a peu, il n’y avait pratiquement que les CPAS pour obtenir de l’aide. La Région a voulu changer la donne en repensant les garanties locatives du Fonds du logement jusque-là sous-exploitées. Bilan après deux années de réforme.

Depuis 20 ans, le Fonds du logement (FDL) octroie des garanties locatives sous forme de crédit, mais avec un impact à la marge. En 2017, le Fonds accordait 187 prêts alors qu’au même moment les CPAS bruxellois accordaient plus de 2600 garanties locatives. Le Gouvernement Vervoort II (2014–2019) avait promis de soulager financièrement les CPAS, en donnant de nouveaux moyens au Fonds du logement pour prendre leur relais et ramener la question des garanties dans le champ des compétences régionales.

Ainsi, il y a deux ans, le prêt a été revu pour coller davantage aux réalités des locataires — allongement du délai de remboursement pour diminuer le montant des mensualités notamment — et le fonds brugal a été lancé pour ceux et celles qui se voyaient refuser le prêt (20% des demandes !) du fait d’un endettement ou d’une capacité à rembourser beaucoup trop faible.

Nous soulignions déjà, dans une analyse précédente, l’intérêt de brugal qui devait permettre de déjouer deux obstacles majeurs pour les locataires. D’abord le paiement de mensualités trop élevées, puisque l’affiliation à brugal permettait d’obtenir le montant de la garantie, sans remboursement et avec restitution en fin de bail seulement. Ensuite, la stigmatisation liée à l’intervention d’un tiers (le CPAS), l’argent étant déposé sur un compte bloqué au nom du locataire.

Lire l’analyse du RBDH