Les agences immobilières sociales dans la tourmente

30/11/2020
La progression des Agences Immobilières Sociales est remarquable. Elles sont à la tête d’un parc de 7000 logements. Ces trois dernières années, les hausses annuelles dépassent les 700 logements.

Le résultat de politiques publiques (régionales, fédérales et communales) généreuses, visant à booster le parc “à caractère social”, à défaut d’une production publique conséquente. Cette croissance, est, pour partie, le fait de nouveaux acteurs pour les AIS : investisseurs et promoteurs qui leur livrent du logement neuf et en masse. Pas tellement pour la bonne cause, mais parce que la rentabilité est au rendez-vous. Aujourd’hui, ce sont 1500 logements étiquetés “nouveaux investisseurs” que l’on a pu identifier.

Un afflux qui a de quoi déstabiliser le secteur des AIS. Si bien que le Gouvernement bruxellois envisage aujourd’hui d’en plafonner la croissance. Dans le viseur : les grosses promotions privées, leur gestion et leur impact budgétaire. Si nous saluons un retour à une croissance plus saine pour le secteur, un tel volte-face risque de mettre en difficulté les AIS, et tous les projets auxquels elles sont indispensables.

Lire l’analyse

📣 On en parle

Vivacité / lundi 07-12-20 dans Bruxelles Matin 📻