L’accès à un logement abordable de plus en plus difficile pour les Bruxellois, voire impossible pour les plus pauvres d’entre eux

13/11/2013
De toute évidence, le fossé entre les revenus disponibles et les loyers pratiqués ne cesse de se creuser. A Bruxelles, les loyers augmentent, les revenus diminuent… et les habitants souffrent.

Le problème de l’accessibilité financière des logements est central. Depuis de nombreuses années déjà, l’évolution des revenus des habitants est en décalage par rapport à la hausse continue des loyers. Les ménages les plus pauvres sont évidemment les plus exposés et pourtant, l’ampleur de leurs difficultés reste mal connue. C’est donc avec des données imprécises sur l’état de pauvreté des Bruxellois et leurs difficultés à se loger, qu’il faut tenter de dresser un tableau de la crise du logement.

Ce qu’il faut essentiellement retenir du peu de données disponibles, c’est que les revenus des Bruxellois ont tendance à diminuer. Aujourd’hui, environ un tiers d’entre eux (32,5 %) doit vivre avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté [1].
Parallèlement, les loyers ne cessent d’augmenter dans la capitale. Le loyer médian payé par les 60% de locataires bruxellois s’élevait en 2012 à 650€. Entre 2004 et 2013, le loyer actualisé a, en moyenne, augmenté de 2 % par an ; il y a donc un décrochage des loyers de 2 % par an par rapport à l’indexation prévue par la législation.

Les loyers élevés ont pour conséquence qu’une partie non négligeable de la population vit dans des logements surpeuplés, de mauvaise qualité ou est contrainte de quitter la Région.
Et la situation risque encore de s’aggraver avec le boom démographique puisqu’on attend une augmentation de 10,5% de la population bruxelloise sur la période 2012-2020. Il faudra composer avec une augmentation de la taille des ménages aux revenus modestes et l’arrivée de nouveaux habitants.

SOURCES :

Baromètre social 2014 de l’Observatoire du social et de la santé en Région de Bruxelles-Capitale

Observatoire des Loyers 2013, Marie-Laurence De Keersmaecker

Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme ? Pierre-François Michiels, février 2014, IBSA

Direction générale Statistique, communiqué de presse « Stagnation des prix des maisons, mais appartements toujours orientés à la hausse », août 2014

BEM n°261 – Novembre 2012, dossier « Démographie ? »

Notes

[1En Belgique en 2011 (sur base des revenus 2010), ce seuil est de 12.005€ par an soit 1.000€ par mois pour un isolé. Pour un parent seul avec deux enfants, le seuil est de 1.600€ par mois. Pour un couple avec deux enfants, il est de 2.101€ par mois.