Les logements insalubres toujours pas éradiqués à Bruxelles

30/05/2013
Les Bruxellois, confrontés aux prix élevés des loyers, sont obligés de rogner sur la qualité de leur logement et vivre dans des taudis ou des espaces trop petits pour leur composition familiale.

Mais cette réalité se cache derrière les murs et reste difficile à cerner car des données globales et objectives manquent. A ce jour, il est impossible de déterminer avec précision combien des 300.000 logements loués à Bruxelles sont concernés par des problèmes de sécurité et de salubrité.

L’on peut penser que la situation a plutôt eu tendance à s’améliorer ces dernières années. Et cela grâce au Code du Logement, entré en vigueur en 2004, déterminant notamment des exigences élémentaires de sécurité, de salubrité et d’équipement des logements mis en location.
En 2013, le Code du Logement a été réformé : un certain nombre de changements devraient aboutir à une action encore plus efficace contre les bailleurs de logements insalubres et dangereux et à l’inspection et la rénovation de davantage de logements. La question est de savoir si cette législation a eu des effets importants sur le terrain.

Pour tenter de déterminer l’état du bâti à Bruxelles, il faut se contenter des enquêtes effectuées auprès de 3 000 ménages locataires, réalisées par l’Observatoire des Loyers. Ces données nous apprennent par exemple que 9% des locataires estiment que leur logement est en mauvais ou en très mauvais état. Parmi les problèmes récurrents on peut citer les problèmes d’humidité, d’isolation, ou encore de mauvais entretien des sanitaires.

Dans les rapports annuels de la Direction de l’Inspection Régionale du Logement (DIRL), qui a pour mission le contrôle de la qualité des logements à Bruxelles, nous pouvons aussi lire que le service d’inspection a traité quelques 4 000 plaintes en 8 ans (entre 2004 et 2013). Pourtant, le problème des logements locatifs insalubres, dangereux et inconfortables à Bruxelles est bien plus important que le nombre de plaintes traitées par la DIRL pourrait le laisser croire. En effet, de nombreux locataires refusent encore de déposer une plainte et ce, essentiellement par crainte de ne pouvoir se reloger. Il y a trop peu de logements de bonne qualité et abordables à Bruxelles. Les bailleurs n’ont aucun mal à trouver des locataires, même pour des logements de mauvaise qualité.

SOURCES :

Observatoire des Loyers 2013, Marie-Laurence De Keersmaecker

Rapport annuel 2012 de Bruxelles Développement Urbain