Logements vides : beaucoup trop !

30/05/2013

Cela fait près de vingt ans que l’on parle de 15 000 à 30 000 logements vides à Bruxelles, pour un total d’environ 550 000 logements. L’adoption, en 2013, du nouveau Code bruxellois du Logement devra permettre d’affiner ces chiffres. Il contient une mesure clé à cet égard : les fournisseurs d’eau et d’électricité sont tenus de communiquer à l’administration régionale la liste des logements pour lesquels la consommation d’eau ou d’électricité est (quasi)nulle depuis plus d’un an.

Cette mesure doit favoriser la connaissance du phénomène mais surtout permettre la remise sur le marché de ces logements inoccupés et, à défaut, d’en sanctionner les propriétaires : maintenir un logement inoccupé constitue une infraction au Code du Logement, infraction sanctionnée par une amende.

Les adresses transmises par les fournisseurs d’eau et d’électricité sont très nombreuses : 14 000 compteurs d’eau et 52 000 compteurs d’électricité ne tournent pas ! Il faut cependant utiliser ces chiffres avec prudence et nuances. Tous ne desservent pas de logements (il y aussi des bureaux, des entrepôts, des locaux techniques et autres) et il ne s’agit que d’une présomption d’inoccupation.

La grande majorité de ces logements est entre les mains de propriétaires privés. Mais l’inoccupation existe aussi dans le logement public. Ainsi, le parc de logements sociaux compte 39 250 unités, dont 2275 sont inoccupés et doivent être rénovés. Des programmes de rénovations sont prévus pour 1693 d’entre eux.

A côté de ces logements inoccupés, les bureaux vacants viennent encore gonfler les chiffres du vide dans la capitale : l’observatoire des bureaux a comptabilisé plus de 1 000 000 m² de bureaux inoccupés en 2013, dont 40% sont inoccupés depuis moins de 3 ans, mais 20% depuis plus de 7 ans ! Les projets de transformations, essentiellement en logement, se multiplient. On peut parler d’un engouement des promoteurs, encouragé par la rentabilité croissante du logement de standing.

Aussi, de très nombreux commerces disposent d’étages inoccupés. Une récente étude a ébauché un inventaire des étages réhabilitables : plus de 5.000 logements pourraient être créés ou recréés dans le bâti existant des quartiers commerçants.

SOURCES :

N. BERNARD, La lutte contre la vacance immobilière (à Bruxelles et ailleurs) : constats et bonnes pratiques, Bruxelles, La Charte, 2011

SLRB, « statistiques 2013 », en ligne

BDU, CityDev, « Vacance 2013 à Bruxelles et en périphérie », Observatoire des bureaux, n°33, février 2014 et « Permis 20132 », Observatoire des bureaux, n°34, octobre 2014, en ligne

BDU, « Habiter les étages au-dessus des commerces », en ligne